Cyrano de bergerac d'edmond rostant acte iii scène 5

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1142 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Cyrano de Bergerac Acte III scène 5
Lecture analytique

Edmond Rostand a écrit Cyrano de Bergerac en 1897.
Cette pièce de théâtre connue un succès immédiat.
Elle relate comment Cyrano, doté d'un nez disgracieux mais d'un esprit très fin, est éconduit par Roxane qui lui préfère le beau et superficiel Christian alors que Cyrano s'exprime à sa place.
C'est une comédie dramatique. Dansl'acte III scène 5 nous découvrons que Roxane, séduite par une lettre bien écrite par Cyrano au nom de Christian, rejette Christian puisque sa déclaration d'amour ne correspond pas à ses attentes.
Ainsi nous allons étudier comment cette scène relance l'action de la pièce par la maladresse de Christian sans l'aide de Cyrano et par la réaction de Roxane.


Sans Cyrano, Christian est dépourvu detout charme auprès de sa Roxane et cela est dû à son éloquence défaillante.
Dans un premier temps, on remarque tout de suite que le vocabulaire du beau Christian est limité « Je vous aime » ligne 5, « Je t'aime » ligne 7 ou bien « Je t'aime tant!» ligne 12 et c'est à cause de l'étroitesse de son vocabulaire que Christian se doit de jouer dans la répétition :
« Je t'aime » ligne 7 et « Jet'aime ! » ligne 23.
Son insistance ne décuple pas sa faculté de conviction mais amoindrit et galvaude son sentiment d’amour.
De ce fait, alors que le jeune Christian cherche désespérément autre chose à dire à sa bien aimée, il n'arrive plus à achever ses phrases et balbutie :
« Je vous ... » ligne 10 , « Mais... » ligne 32 , « je... » ligne 34, « Je vous dirai... » ligne 36 ou encore « Mais je...» ligne 39.
Le comportement de Christian est passif et maladroit.
Il laisse Roxane diriger l'entretien et il répond constamment à côté de l'attente de celle-ci. Notamment, quand Roxane lui demande comment il l'aime, Christian ne trouve à lui dire que : « Mais ... beaucoup.»,ligne18. Il choisit ainsi de qualifier son amour par une réponse quantitative plutôt que qualitative. C'est d'une grandede maladresse car Roxane peut imaginer que c'est le signe d'une absence de sentiment réel ou de finesse d'esprit de la part de Christian. Il n’a aucun sens de la répartie.
Le comportement de Christian est inapproprié, dès le début de l'acte III scène 5, Christian installe le silence, puis se déclare de façon immédiate !
Son manque d'intelligence et de répartie en est la cause. Pourtant,Christian tente une nouvelle stratégie en essayant de reprendre en main la conversation lorsqu'il demande à Roxane de lui avouer son amour sans savoir si c'est le cas : ligne 15 « Et puis ... je serais si content Si vous m'aimiez ! -Dis-moi, Roxane, que tu m'aimes ! ». Mais la ruse est si faible que Roxane se moque de lui en comparant de façon péjorative ses paroles à une mauvaise soupe et elle éviteainsi de lui répondre.
Christian fait preuve d’une erreur d’entendement quand Roxane réplique, ligne 19 « Oh! ... délabyrinthez vos sentiments! ». En effet, elle lui demande de développer ses arguments sentimentaux et il comprend à contresens en confondant sentiment amoureux et sensation de plaisir. Il lui parle donc de son attrait sexuel et de son désir en nommant une partie du corps de Roxane «Ton cou ! » ligne 20.
(I.1)Christian ne peut dialoguer avec sa dulcinée d'autant qu'il ne trouve pas les mots pour lui faire la cour et qu'il saute toutes ces étapes sans gène : il est brusque et ignorant. D'ailleurs, quand Christian dit : « Je voudrais l'embrasser ! » ligne 21 en parlant de son cou, il est prêt à passer à l'action alors qu'elle n'a pas exprimé l'ombre d'un consentement.
Lebeau Christian n'est pas malin, ligne 25, au point qu'il affirme qu'il ne l'aime pas en la retenant physiquement, ce qui est clairement si contradictoire que Roxane ne peut y croire.
Par manque de réflexion et de connaissance de la psychologie de Roxane, Christian se donne lui-même le coup de grâce en affirmant : « Oui... je deviens sot ! » ligne 31. Il reconnaît son incapacité à être fin...
tracking img