Devoir francais

FRANÇAIS : DEVOIR 2 Temps passé à la rédaction : 4H45
8/20

SYNTHESE DE DOCUMENTS

Les relations familiales sont souvent considérées comme délicates. Mais ces relations sont-elles véritablement différentes d’une famille à l’autre?
Nous allons étudier ces relations au travers MAL DIT de quatre documents. Le premier est un extrait du roman Vipère au poing, d’Hervé Bazin, publié en 1948où l’on découvre la haine qu’éprouve un jeune homme envers sa famille. Albert Cohen évoque ,quant à lui, ses doux souvenirs d’enfance et rend hommage à sa mère dans cet extrait du roman,  Le Livre de ma mère, publié en 1954. Simone de Beauvoir nous raconte sa jeunesse en profond décalage avec le milieu bourgeois auquel elle appartient, grâce à cet extrait de son autobiographie intitulée  Mémoiresd’une jeune fille rangée,  publiée en 1958. Pour finir, le dessinateur Wolinski illustre une jeunesse fortement accrochée au cocon familial, définie comme la génération  « Tanguy », par un dessin humoristique publié dans « Le Nouvel Observateur ». Il est intéressant de remarquer que ces documents datent de la deuxième moitié du XXème siècle.
Nous nous intéresserons donc aux différentes conséquencesdes relations familiales sur les ambitions et le tempérament de la jeunesse. Nous analyserons dans un premier temps la nature de ces relations familiales ainsi que leur milieu social et nous dresserons le portrait de ces jeunes. Ensuite nous verrons le rôle de la famille et ses répercussions sur la jeunesse.

Quelles sont les relations entre les jeunes et leur famille ? Hervé Bazin et Simone deBeauvoir nous montrent des jeunes en désaccord ou en conflit avec leurs parents. Dans Vipère au poing, la haine et le mépris du narrateur envers principalement sa mère sont constamment évoqués dans cet extrait ainsi que sa volonté de se défaire de sa famille, il ne souhaite plus faire partie de la famille Rezeau. Pour Simone de Beauvoir cette relation est moins conflictuelle mais demeure unproblème, elle ne se retrouve pas dans les valeurs familiales et recherche de la fierté dans les yeux de son père sans vouloir pour autant renier ses convictions et sa personnalité. Son père demeure déçu qu’elle ne joue pas le jeu face à ce milieu bourgeois et conformiste. En revanche Albert Cohen et Wolinski dévoilent en revanche des relations familiales plus sereines. Dans son hommage adressé à samère, Albert Cohen évoque ses doux souvenirs d’enfance. Nous apprenons que sa mère l’emmenait au cirque une fois par an, lui chantait des chansons et lui préparait des gâteaux, il est nostalgique de cette heureuse période. Le dessin humoristique souligne un lien fusionnel entre une mère et son fils omniprésent dans sa vie. Il est même à ses cotés lorsqu’elle fait sa gymnastique et l’assomme dequestions, ce qui a tendance à l’agacer. Cependant les portraits dressés de ces jeunes ne sont pas identiques. Nous constatons de l’ambition et des projets dans Vipère au poing, lorsque le narrateur étudie et prépare sa vengeance future et qu’il se compare à une force de la nature, ainsi que dans Mémoires d’une jeune fille rangée, où ses études deviennent sa priorité à tel point qu’elle y dédie tout sontemps. A l’opposé, nous retrouvons un Albert Cohen tourné vers son passé, une enfance heureuse et remplie d’amour. Wolinski nous montre le stéréotype du jeune des années 1980, coiffure en banane, lunettes de soleil, dos voûté qui évoque un manque de dynamisme frappant. Il a l’âge de conduire mais se comporte encore comme un enfant avec sa façon enfantine d’appeler sa mère, « Mman ».

Mais quelrôle joue la famille pour ces jeunes? Dans Vipère au poing, le narrateur utilise sa famille comme un coupable idéal et considère son nom de famille comme un handicap pour sa vie future. Il canalise sa haine, qui demeure intérieure, sur sa famille, elle qui veille toutefois à son éducation. Cependant sa mère aurait échoué dans son rôle affectif, ce qui explique son envie de vengeance. De...
tracking img