Discrimination positive

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1212 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Trois rapports publiés mardi mettent l'accent sur les difficultés de vie et d'intégration en France des populations issues de l'immigration, surtout concentrées dans les zones urbaines sensibles. La Cour des Comptes (instance administrative de contrôle) évoque une "situation de crise qui n'est pas le produit de l'immigration", mais "le résultat de la manière dont l'immigration a été traitée". Sonrapport juge "peu probants" les résultats des politiques d'intégration. La haute juridiction insiste sur deux questions à prendre en compte d'urgence - la concentration des immigrants dans des quartiers en difficultés, le nombre et les conditions de vie des clandestins - et estime qu'un dispositif rénové de lutte contre les discriminations est nécessaire. "La situation d'une bonne partie despopulations issues de l'immigration la plus récente est plus que préoccupante. Outre qu'elle se traduit par des situations souvent indignes, elle est à l'origine directe ou indirecte de tensions sociales ou raciales graves, lourdes de menaces pour l'avenir", note la Cour dans son rapport intitulé "L'accueil des immigrants et l'intégration des populations issues de l'immigration".

"La situationd'une bonne partie des populations issues de l'immigration la plus récente est (...) plus que préoccupante", écrivent les auteurs du rapport. "Outre qu'elle se traduit par des situations souvent indignes, elle est à l'origine directe ou indirecte de tensions sociales ou raciales graves, lourdes de menaces pour l'avenir."

Ils mettent l'accent sur un "triple échec, aussi pénalisant (...) pour lesintéressés que pour la collectivité nationale" :

- la concentration d'une grande partie des immigrants dans des quartiers souffrant de graves difficultés, phénomène auquel participe aussi la carte scolaire ;

- la situation économique, sociale et personnelle d'un grand nombre d'immigrants et de leurs enfants, en butte en outre à des pratiques discriminatoires ;

- le poids de l'immigrationirrégulière et des conditions de vie des étrangers vivants dans cette situation.

Pour la Cour des comptes, le regroupement "spontané, toléré ou encouragé" de la population immigrée ou d'origine immigrée dans des quartiers difficiles a pour résultat que "les efforts d'intégration n'ont plus aucune portée" ou voient leur effets progressivement atténués, "voire anéantis".

Elle déplored'autre part l'existence d'un "quasi-statut de l'immigrant en situation irrégulière" en matière de protection sociale, de scolarisation, d'emploi et d'aides au retour.

L'existence d'une importante immigration irrégulière a pour effet "d'entretenir, dans une partie de l'opinion, une suspicion permanente autour des immigrants" et donc de compromettre la mobilisation en faveur de l'intégration,estime-t-elle.

"Cette situation de crise n'est pas le produit de l'immigration. Elle est le résultat de la manière dont l'immigration a été traitée", souligne la Cour.

Elle estime notamment que les autorités françaises ont trop longtemps négligé le changement de nature de l'immigration.

Celle-ci a basculé, après le choc pétrolier de 1973, d'une immigration liée aux besoins de main-d'oeuvre dela France et majoritairement temporaire, à une immigration plus définitive, au gré des regroupements familiaux ou de l'afflux d'immigrés fuyant une situation politique ou économique.

EFFORTS "PEU PROBANTS"

Pour la Cour des comptes, les autorités françaises se sont dès lors montrées plus soucieuses de maîtriser les flux migratoires que de mener une véritable politique d'accueil et d'aide àl'intégration des populations immigrées.

Quant aux efforts consentis en matière de logement, d'emploi, d'école et d'apprentissage du français, d'intégration des jeunes, de droits des femmes, de lutte contre les discriminations et d'aide au retour, "l'impression générale est (qu'ils) sont peu probants".

La Cour souligne ainsi que le logement social "ne fonctionne plus aujourd'hui comme...
tracking img