Dissertation langage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1537 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation langage

L’opinion commune affirme souvent que l’œuvre d’art aurait un sens à comprendre, délivré par l’auteur et qu’il s’agit de déchiffrer. Cette idée implique que l’art ait une fonction de communication ; il serait (entre autres) un moyen d’expression d’idées précises.
On peut donc se demander s’il existe un langage de l’art, c’est-à-dire un code commun à un groupe (qui seraitle « monde de l’art », selon une expression communément utilisée), et qui permettrait à l’artiste de délivrer un message, une proposition à travers son œuvre.

D’abord, l’œuvre est-elle nécessairement porteuse d’un sens ? Affirmer une telle chose reviendrait en partie à réduire l’art à un simple outil de communication, et sous-entendrait qu’il doive avoir une utilité rationnelle. Or, lecode commun compréhensible par tous est déjà un outil de communication et a cette utilité rationnelle. De plus, certains courants comme le surréalisme s’opposent radicalement à cette idée d’utilité rationnelle qui est indissociable du langage. Nous pouvons en conclure que s’il y a un langage de l’art, les propositions qu’il permet de formuler ne sont pas formulables au moyen de la langue (car sinon,pourquoi ne pas les exprimer plus directement par la parole ?) . Ce serait donc un langage qui ne serait pas nécessairement rationnel, et qui fonctionnerait sur un mode différent de celui de la langue. L’œuvre n’aurait donc pas toujours une signification précise et rationnelle, exprimable par la langue.
Il serait donc inutile de tenir un quelconque discours sur une œuvre, qui ne feraitqu’approcher sa réalité alors qu’elle serait elle-même en partie un discours.
Or, il n’est peut-être rien qui ait suscité plus de discours écrits et oraux que l’art. Ces discours sont des lectures, des interprétations, des tentatives de trouver ou de donner un sens à l’œuvre dans le mode rationnel de la langue. Et ces discours sont souvent faits par des personnes du « monde de l’art », des galeristes,des conservateurs de musées, des artistes, des experts. Il est donc difficile de penser qu’il y a un langage de l’art, alors qu’on tente sans cesse d’expliquer ou de s’expliquer les œuvres, les démarches des artistes, de trouver un sens rationnel à l’art.
De plus, « l’art », s’il est considéré dans cette formule comme une unité, renvoie à une multitude d’artistes, de courants artistiques,et de formes différentes d’art  (peinture, photographie, cinéma, musique, installations, performances, danse, architecture, théâtre, sculpture, littérature…). Ainsi, l’existence d’un langage de l’art rendrait inutile une telle diversité, puisque toutes ces formes obéiraient au même code et donc possèderaient les mêmes possibilités. Ainsi, les correspondances entre toutes ces formes (références,appartenance à un même courant) seraient autant de redondances, et ce langage de l’art le freinerait dans son évolution : il ne pourrait y avoir de ruptures, de révolutions, d’innovations, qui constitueraient en quelque sorte des barbarismes incompréhensibles par rapport au code existant.
De plus, un code doit obéir à certaines règles qui, connues du groupe, permettent une compréhensionclaire. Or, cela pose deux problèmes importants : d’abord, si un code existe pour permettre une compréhension claire, l’existence d’un langage de l’art impliquerait que l’œuvre doive avoir une signification précise à comprendre (cette thèse est réfutée plus haut). De plus, il est évident à partir de là que l’existence d’un langage de l’art remettrait en question la liberté de l’artiste (et de celui quireçoit son œuvre), puisqu’il devrait obéir à des règles déterminées a priori.
Nous pouvons donc en conclure qu’il n’y a pas de langage de l’art au sens d’un code déterminé permettant aux individu d’un groupe de communiquer clairement.

Cependant, cela n’est pas incompatible avec la possibilité d’une compréhension à travers l’art, qui ne se ferait pas au moyen d’un code déterminé propre à...
tracking img