Dissertation maupassant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1513 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PRÉPARATION À L’ÉPREUVE DE FRANÇAIS PRÉPARATION À L’ÉPREUVE DE MAUPASSANT : EXEMPLE DE DISSERTATION

FRANÇAIS Exemples complets de dissertations

1

Maupassant : exemple de dissertation
○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

Nous reproduisons ici l’ensemble d’une dissertation jugée « passable ». On peut consulter le texte sur lequel elle porte sous le titre Maupassant: sujet de rédaction et texte à l’étude dans Exemples complets de dissertations de la section Qu’est-ce que l’épreuve ?

www.ccdmd.qc.ca/fr

SUJET : La vie est cruelle : tel est le message que Maupassant livre au lecteur dans le conte « Aux champs ». Discutez.
Le Petit Larousse présente Guy de Maupassant comme un auteur de contes et de nouvelles réalistes. Il s’est appliqué à décrirefidèlement la société de son époque, aussi bien la classe des petitsbourgeois que la vie des paysans normands. C’est ce milieu campagnard que nous retrouvons dans « Aux champs », publié en 1883 dans Les contes de la bécasse. Peut-on affirmer que, dans ce récit, le message que livre Maupassant au lecteur est que la vie est cruelle ? Nous allons voir que ce que l’auteur cherche à transmettre, c’est bienplus la vraie misère des paysans, leur manque d’ouverture d’esprit et le fait qu’ils n’ont finalement que ce qu’ils méritent. Au début de l’histoire, Maupassant évoque les conditions matérielles dans lesquelles vivent les deux familles : les Tuvache et les Vallin. Leurs noms suggèrent déjà la misère : pas besoin d’expliquer le premier, et le deuxième mêle les idées de « vallée » et de « vilains »…C’est une vie difficile que connaissent ces paysans qui « besogn[ent] dur sur la terre inféconde pour élever tous leurs petits ». (l. 2) Ces derniers ne semblent pas d’ailleurs posséder des personnalités bien distinctes : « Les deux mères distinguaient à peine leurs produits dans le tas ; et les deux pères confondaient tout à fait. » (l. 7-8) Même le père Tuvache ne semble pas posséder de prénom, safemme se contentant de l’appeler « l’homme » (l. 89). L’important dans ce monde décrit avec réalisme, c’est qu’on puisse s’alimenter : « Tout cela vivait péniblement de soupe, de pommes de terre et de grand air. » (l. 13) La nourriture est grossière et les mères s’occupent de leurs petits comme on s’occupe de nourrir les animaux : « Le soir, les ménagères réunissaient leurs mioches pour donner lapâtée, comme les gardeurs d’oies assemblent leurs bêtes. » (l. 14-15) Dans l’expression « La mère empâtait elle-même le petit » (l. 19-20), le Petit Larousse donne au verbe « empâter » le sens d’« engraisser (une volaille) ». Tout cela est-il cruel ? Pas vraiment : pour l’auteur, c’est surtout réaliste. Deuxièmement, lorsque Mme d’Hubières vient faire des propositions à la mère de Charlot, c’est lemanque d’ouverture d’esprit que l’auteur fait surtout ressortir. À ce sujet, la question de M. d’Hubières en dit assez long : « Avez-vous bien compris ? » (l. 61) La mère de Charlot ne considère aucunement l’intérêt de la proposition et se contente d’exprimer des réactions émotives :

LES EXERCICES DE FRANÇAIS DU CCDMD

PRÉPARATION À L’ÉPREUVE DE FRANÇAIS MAUPASSANT : EXEMPLE DE DISSERTATION– Voulez-vous nous prend’e Charlot ? Ah ben non, pour sûr. (l. 54)

2

– Vous voulez que j’vous vendions Charlot ? Ah ! mais non ; c’est pas des choses qu’on d’mande à une mère, ça ! (l. 63-64) – C’est tout vu, ç’est tout entendu, ç’est tout réfléchi… Allez-vous-en, et pi, que j’vous revoie point par ici. (l. 73-74) Quant au père, aussi bien dire qu’il manifeste encore moins d’ouverture : «L’homme ne disait rien, grave et réfléchi ; mais il approuvait sa femme d’un mouvement continu de la tête. » (l. 6566) On dirait bien le père québécois du terroir ou de la Révolution tranquille. Moins instruit que sa femme, il la laisse décider. Encore ici, peut-on parler de cruauté ? Parlons plutôt d’une incapacité à prendre une décision rationnelle. Ce qui devait arriver arriva. On constate...
tracking img