Dissertation sur le rire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2162 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation
I) L’écrivain, le locuteur, pour aborder, dénoncer un sujet sérieux ou bien grave tel que la guerre ou le viol peut avoir recourt à l’humour. Cette forme d’esprit très en vogue au cours des siècles met en valeur avec drôlerie le caractère ridicule, insolite ou absurde de certains aspects de la réalité. C’est le cas dans le drame historique de Victor Hugo, Le roi s’amuse publiéen 1832, qui dans sa préface porte une critique comique et très accentuée sur le gouvernement et la censure suite à la suspension de son œuvre. Il explique au lecteur sa surprise par un champ lexical de l’étonnement et affirme pleinement son opinion personnelle. Ce mode plaisant se présente sous plusieurs formes telles que l’ironie. C’est une arme redoutable pour mener un combat en littérature. Eneffet, Molière, dramaturge français, dans plusieurs de ses pièces a recourt a ce procédé comme dans L’amour Médecin ou il donne la parole à un médecin faisant l’éloge de son art. Il présente la médecine comme un don du ciel et un moyen de sauver un grand nombre de vie. Mais le lecteur comprend vite que l’auteur ironise en découvrant le champ lexical de la tromperie, de la négligence qui dévoileaux yeux du lecteur l’opinion de Molière concernant la médecine. Le ton humoristique peut également apparaître sous forme d’image animé, de caricature ou à la télévision avec les Guignols de l’info, une parodie du journal télévisé créé en 1988, qui tourne en ridicule physiquement voir moralement le monde politique, les médias, des personnalités plus généralement issue de la société française et lemonde actuel. Ils dénoncent par exemple les manœuvres abusives que la guère d’Irak a pu faciliter, lié au fait que les Etats Unis ont besoin de pétrole et qu’ils fondent leur croissance économique sur la production d’armes, d’où la nécessité d’un conflit. Ainsi, l’écrivain peut traiter de sujets graves avec humour en adoptant différentes formes, procédés.

Figaro dans Le Barbier de Séville,de Beaumarchais parut en 1775, dit : «  je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer". Le rire serait donc un réflexe d’auto-défense, un moyen pour ne pas se laisser émouvoir. L’auteur peut donc attirer la sympathie du lecteur et rallier son indignation au combat qu’il mène. C’est également un mode qui aide à relativiser. Le comique élargit ainsi l’ouverture d’esprit dudestinataire tout aussi séduit, en lui faisant entrevoir un sujet important d’une autre manière. Tout comme Desproges qui dédramatise avec humour sur son cancer, célèbre humoriste et maître de la phrase suivante : « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde ». Il permet également de soumettre ses idées plus facilement sans s’impliquer et en échappant à la censure comme le font plusieursphilosophe des Lumières. De plus, l’humour rend l’argumentation plus vivante moins lourde et moins théorique que certains récits, dialogues sérieux. Par exemple les masques de la Commedia dell’arte ont une « mimique » plutôt gaie, joyeuse et annoncent parfois des choses bouleversantes, ce qui va d’autant plus captiver et attirer l’attention des interlocuteurs. Elle touche donc de nouveaux lecteurs quine lisent pas les traités sérieux. Le ton plaisant offre donc une façon plus vivante de parler de thèmes inquiétants et reste d’autant plus efficace.

Cependant, le comique ne nous éloigne pas forcément du sujet et de son cadre. Certes l’auteur pour aborder d’un thème a recourt au vocabulaire nécessaire, aux caractéristiques et au milieu de vie adéquate. Molières, par exemple, dans sescomédies, à l’époque de la société d’ordre, habille, fait parler ses personnages selon leur condition sociale. Il représente également les relations au XVIIe siècle entre les différents individus. Il donne aussi libre cours à ce qu’on appelle aujourd’hui des stéréotypes. En effet, il montre le bourgeois riche comme naïf et stupide se faisant duper à chaque fois par son valet. De même, Fontenelle, dans...
tracking img