Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3404 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cet article est disponible en ligne à l’adresse : http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=CITE&ID_NUMPUBLIE=CITE_007&ID_ARTICLE=CITE_007_0013

Le divertissement selon Pascal ou la fiction de l’immortalité par Martine PÉCHARMAN
| Presses Universitaires de France | Cités 2001/3 - n° 7
ISSN 1299-5495 | ISBN 2130518923 | pages 13 à 19

Pour citer cet article : — Pécharman M., Ledivertissement selon Pascal ou la fiction de l’immortalité, Cités 2001/3, n° 7, p. 13-19.

Distribution électronique Cairn pour Presses Universitaires de France . © Presses Universitaires de France . Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le caséchéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est égalementinterdit.

Le divertissement selon Pascal ou la fiction de l’immortalité
MARTINE PÉCHARMAN

Commençons par une histoire qui n’est pas prise de Pascal. Le jeune saint Louis de Gonzague jouait un jour à la balle. « Que feriez-vous, lui dit-on, si vous saviez que votre mort est proche ? » Il répondit simplement qu’il continuerait à jouer à la balle. Cette légende chère aux théologiens de laContre-Réforme1 fournit l’illustration d’une existence à ce point 13 consacrée à la préparation à la mort, que le dernier moment de la vie ne compte à cet égard pour rien de plus que toute la vie déjà passée. Celui Le divertissement selon Pascal dont la vie entière a été un service rendu à Dieu, peut bien mourir ou la fiction de l’immortalité pendant qu’il s’occupe à l’un des divertissements de ce monde,cela M. Pécharman n’entamera en rien la valeur de modèle de sa vie : s’il continue à jouer dans l’attente de sa mort annoncée, n’est-ce pas la preuve qu’il a déjà satisfait à toutes les vertus requises pour devenir un bienheureux ? Si cette légende pouvait figurer au nombre des exemples du divertissement proposés dans les Pensées2, alors l’analyse pascalienne ne s’écarterait guère de la doctrine enfaveur dans la tradition théologique représentée en particulier par saint Thomas3, et selon laquelle non seulement des jeux
1. Cette histoire est rapportée par Philippe Ariès, L’homme devant la mort, Éd. du Seuil, II, p. 13 (3e partie, « La mort longue et proche », chap. 6). 2. Les références à Pascal seront données d’après l’édition des Œuvres complètes (= OC) par Louis Lafuma, Le Seuil, coll. «L’Intégrale », 1963 (page, suivie de la mention de la colonne : pour les Pensées, seul le numéro des fragments sera indiqué). 3. Saint Thomas d’Aquin, Somme théologique, 2a - 2ae, qu. 168, art. 2. La source philosophique de cette doctrine se trouve dans Aristote, Éthique à Nicomaque, IV, 14, 1127 b - 1128 b, et X, 6, 1176 b - 1177 a. Cités 7, Paris,
PUF,

2001

14 Dossier L’ère dudivertissement. La société en représentation

sont licites dans la vie d’un chrétien, mais même participent d’une forme de discipline morale. L’argument faisant alors autorité, c’est que l’esprit humain incapable (du fait de sa finitude) de soutenir un mouvement absolument ininterrompu de la pensée, ruinerait sa capacité même de spéculation si sa tension ne connaissait jamais de relâchement ; aussi doitiltrouver dans le plaisir du jeu un repos analogue à celui dont le corps a besoin pour retrouver sa vigueur après un trop grand effort. User de temps à autre d’amusements et de plaisanteries a ainsi pour seule fin de délasser l’esprit et de lui permettre, après chaque « pause », « détente » ou « récréation », de reprendre son activité. Ce bon usage des jeux leur confère une véritable vertu...
tracking img