Doc tarek

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3008 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’URSS ET LA GUERRE DU GOLFE

O
utre la tragédie humaine qu’engendra la Guerre du Golfe, elle ne laissera aux vainqueurs que la certitude de leur légitimité à intervenir sur un territoire qui n’est pas le leur. Cependant, bien au delà des sentiments ou ressentiments que les uns et les autres peuvent aujourd’hui se souvenir, ce sont les leçons tirées d’une telle expérience qui marquerontl’évolution des armées de tous les pays du monde. Indéniablement, que l’on soit partisan de ce genre d’intervention ou hostile au droit d’ingérence, les conséquences de ce conflit, et la manière dont il a été résolu, bouleverseront les doctrines d’emploi des forces armées et quelque fois leur format, ceci bien évidemment que l’on fit parti de la coalition ou simplement des Etats spectateurs.
Pourl’URSS, bien que n’étant pas directement impliquée sur le terrain, la crise qui embrasa cette région du Moyen-Orient, au mois d’août 1990, donne un éclairage sur les évolutions politiques de ce pays et, notamment sur des changements qui seraient intervenus un an auparavant. En effet, l’URSS adopte, en se rangeant du côté de la coalition anti-irakienne, une nouvelle approche en matière de politiqueinternationale. Elle marque, par cette attitude, une très nette volonté de se transformer en un Etat de droit.
Pourtant, cette initiative, si elle réjouit ou réconforte les démocraties occidentales, elle n’est pas unanimement approuvée par l’ensemble des décideurs politiques, premiers concernés par ces nouvelles mesures.
Pour mieux appréhender les leçons que diplomates et stratègessoviétiques ont su tirer de cette crise qui a secoué les fondements de certitudes passées, il convient de se pencher dans un premier temps sur l’évolution de la situation interne en URSS qui fut déterminante quant à la position prise par les dirigeants soviétiques durant la Guerre du Golfe. Nous mentionneront, dans un deuxième temps, les premières analyses d’ordre doctrinal et politico-militaire quivirent le jour fin janvier, soit immédiatement après le début de l’offensive alliées. Enfin, nous nous intéresseront aux analyses d’ordre strictement militaire qui n’apparaîtront qu’au milieu du mois de mars soit au début du désengagement des forces coalisées du théâtre Moyen-Oriental.

L
es observateurs auront noté une présence quasi permanente de l’URSS sur la scène diplomatique durant lapériode d’août à janvier 1991. L’ambiguïté de cette activité intense réside dans le fait qu’elle représente à la fois le besoin de l’URSS à manifester sa solidarité avec la coalition occidentale anti-irakienne et la nécessité pour elle de persister à marquer sa spécificité, comme si sa position était le reflet d’un  « oui, mais… ». C’est ainsi que, suite à des déclarations contradictoires sur laparticipation militaire de l’URSS sous la bannière des Nations Unies, en définitive, il s’est avéré qu’elle n’engagerait aucune de ses forces dans le cas d’une confrontation armée. Aussi saugrenue que semble paraître ce retournement de situation, l’attitude de l’URSS aurait été largement influencé par au moins trois facteurs déterminants. Premièrement, l’évolution de la situation politique intérieureet des tensions qui régnaient au sein même du pouvoir politique semblent avoir altéré, sinon la faculté de décision unanime, au moins le fonctionnement de l’appareil décisionnel selon les méthodes traditionnelles. Deuxièmement, une volonté affichée de la part de l’URSS de ne pas se laisser marginaliser dans l’arène internationale ceci malgré l’effondrement de son empire et l’affaiblissement de sonrôle de superpuissance. Enfin, la volonté non avouée des Etats-Unis d’associer l’URSS à cette crise et à son règlement dans le but d’internationaliser le conflit.

Tout d’abord sur le plan de la situation politique intérieure, notons que le mouvement d’ouverture insufflé par M.Gorbatchev vécut, pendant des mois durant, une crise politique interne qui aboutira, en août 1991, à une...
tracking img