Eco-droit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1186 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document

Au-delà de l'affaire Google
Par Arnaud de la Grange le 17 janvier 2010 5h24 | Lien permanent | Commentaires (26)
Quelle qu'en soit l'issue, les échos de la bataille entre Google et Pékin portent bien au-delà de ce front de l'Internet et de la liberté d'expression. La charge a certes peu de chance de faire vaciller le régime chinois sur ses certitudes de censure. Et l'on peut toujourss'interroger sur les motivations réelles de la firme californienne. Mais l'onde de choc est profonde.
(Photo AFP)

Le retentissement est évidemment lié à la nature même de Google. Le défi viendrait de Chevron ou Coca Cola, l'impact ne serait pas le même. Mais, il s'agit ici d'une entreprise jeune, symbole riant de la mondialisation, et dont les résonances dépassent le champ des affaires pour touchercelui de la connaissance. Et aujourd'hui, la liberté sur le web parle plus aux opinions mondiales que celle d'un dissident chinois dans la vie réelle. Il a donc fallu cette affaire pour que l'on redécouvre l'anachronisme politique autoritaire du régime communiste. Que la Chine de 2010, c'est Lenovo, certes, mais aussi les sombres brigades de la police de l'Internet.

Voilà donc qu'une partiedu monde prend conscience que la troisième économie mondiale, désormais intégrée dans le grand cirque des nations, entend s'affranchir de nombre de ses codes et usages. Et ne se soucie guère de ce que le monde extérieur pense, tant elle se sent forte et persuadée que personne ne peut résister à son pouvoir d'attraction. Le dialogue, pour Pékin, n'est plus une nécessité absolue. Au-delà de l'effetd'image et de sa politisation, avec la montée en ligne de la Maison Blanche, l'affaire Google est importante pour le coup de projecteur donné sur la spécificité - doux euphémisme - du terrain chinois. Avec un interventionnisme politique lourd, une corruption massive, un environnement juridique souvent déroutant et de sérieuses mesures de protection du marché chinois, ouvertes ou masquées. Un récentrapport de la Chambre de commerce européenne en Chine estime qu'en un an, les conditions pour opérer dans le pays sont devenues de plus en plus difficiles, citant obstacles à l'accès au marché, manque de transparence légale et politique, ainsi que de protection de la liberté intellectuelle. Et ces derniers mois, une série d'affaires a suscité l'inquiétude des investisseurs étrangers. Comme lerejet de l'offre de Coca Cola sur une entreprise chinoise de jus de fruits, ou l'arrestation de cadres de l'Australien Rio Tinto sous l'accusation initiale de vols de secrets d'Etat et d'espionnage.

Dans les milieux d'affaires étrangers en Chine, on reconnaît volontiers qu'au nom de la sacro-sainte nécessité de pénétrer le marché chinois, la grande majorité des accords et contrats sont trèsdéséquilibrés. « On accepte ici des choses que l'on n'accepterait jamais ailleurs, estime un observateur pékinois avisé, et chacun joue son coup en ordre dispersé. Sur le long terme, c'est désastreux car les Chinois sur le fond méprisent cette faiblesse, et poussent encore plus loin leurs exigences. Ils auraient d'ailleurs tort de se priver ». Il avance même « qu'historiquement, on s'apercevra sans douteque bien des grands patrons et des politiques ont fait une erreur d'appréciation majeure, qui aura coûté cher à une bonne partie de la planète ».

Sur les enjeux de l'affaire, le conseiller économique de la Maison Blanche Lawrence Sumer, a été clair en estimant que « les principes que Google tente de défendre ne sont pas seulement importants d'un point de vue moral ou en termes de droits, maisqu'ils ont également une importance économique considérable». Le ministère chinois du Commerce s'est senti obligé de dire aux entreprises étrangères qu'elles devaient garder confiance dans les perspectives du marché chinois. Sans pour autant se faire trop de mauvais sang.
VILOLA 24/11/2009
NELSON
1COM1...
tracking img