Entreprises et developpement durable la rse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 46 (11429 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Entreprise et développement durable » - Eléments de synthèse Bruno Boidin, USTL, 2009

La « responsabilité sociale des entreprises », une facette du développement durable.
La RSE peut être définie d’un point de vue positif ou normatif : positif si l’on s’intéresse à la façon dont les acteurs économiques appréhendent et engagent leur responsabilité, normative si l’on prescrit des actions oudes méthodes de RSE. Michel Capron et Françoise Quairel-Lanoizelée (C et QL, 2007 p. 10) définissent la RSE comme « l’ensemble des discours et des actes concernant l’attention portée par les entreprises à l’égard de leurs impacts sur l’environnement et la société ». On comprend bien le contenu du terme « environnement » au sens physique et naturel. Le terme « social » doit cependant être précisé.S’agissant d’une expression anglosaxonne lancée par Bowen 1 , il faut retenir que cette dernière englobe les responsabilités vis-à-vis des salariés et de la société. Deux grandes approches de la RSE peuvent être distinguées : l’approche anglosaxonne envisage la RSE comme un engagement volontaire (C et QL p. 22), à partir de l’idée que l’on peut faire confiance au marché pour réguler ces démarchesvolontaires ; l’approche latine interprète la RSE comme une obligation (contraignante, C et QL p. 23) qui repose sur des réglementations publiques.

La définition de la Commission européenne (2001) est plutôt anglosaxonne mais fait une place à l’approche latine : « être socialement responsable signifie non seulement satisfaire pleinement aux obligations juridiques applicables, mais aller au-delà etinvestir davantage dans le capital humain, l’environnement et les relations avec les parties prenantes » ; cette responsabilité suppose « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes ». Cette définition fait reposer la RSE sur la notion de parties prenantes qui estl’approche dominante de la RSE comme nous le verrons plus loin. Ces définitions de la RSE et les pratiques qui leurs sont associées posent un problème majeur aux économistes : comment être assuré que les pratiques de RSE, si efficaces soient-elles, mènent au développement durable ? Il est admis depuis longtemps que les variables et les relations macro ne sont pas le résultat de l’agrégation descomportements individuels. Même si l’on constate le développement des entreprises à vocation environnementale (conseil en DD, écoconception, recyclage), cela ne signifie pas que le problème se résorbe à l’échelle globale. On peut au contraire envisager que la croissance des secteurs « verts » résulte d’une forte augmentation des effets négatifs de l’activité économique sur l’environnement.

1

BowenH.R. (1953), Social responsability of the businessman, Harper and Row, New York.

1

« Entreprise et développement durable » - Eléments de synthèse Bruno Boidin, USTL, 2009

Les origines de la RSE
I. Fondements américains : éthique, religion et business Comme le soulignent C et QL (2007, pp. 7-8), une forme de responsabilité du dirigeant est née aux Etats-Unis à partir de considérationsmorales et religieuses. Sous une forme ancienne les patrons Quakers, dont nous parlerons plus loin, ont joué un rôle précurseur dans l’idée que les dirigeants d’entreprises devraient intégrer dans leurs préoccupations la notion de responsabilité selon des principes religieux proches de la charité. En 1953 le pasteur protestant Bowen publie un ouvrage sur la responsabilité des dirigeants. Compte tenu del’importance de la religion protestante aux Etats-Unis, cette pensée aura une influence certaine sur la conception américaine de la gestion des affaires. Bowen suit les principes bibliques de la charité : chacun doit venir en aide aux personnes démunies. Le principe de charité est très présent aux Etats-Unis et constitue le corollaire d’une conception individualiste de la société : la...
tracking img