Euro/dollar

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3739 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Thème : dépréciation du dollar par rapport à l’euro, opportunité ou calamité ?

On en parle partout depuis des mois : le taux de change euro / dollar atteint des records ! Nous avons choisi ce sujet, car il nous permet d’avoir une vue globale sur l’économie américaine et européenne. Afin de mieux comprendre cette situation, nous étudierons plusieurs points. Pour commencer, on observeral’historique de cette situation avec un graphique. Ensuite, nous développerons différentes causes influençant cette situation. Par après, nous analyserons les conséquences de la dépréciation du dollar, notamment les retombées sur les imports/exports, ainsi que les avantages et inconvénients pour les différents acteurs. Avec cela, nous serons à même de comprendre les impacts concrets sur différentesentreprises. Pour finir, nous nous inquièterions de la situation future. Au terme de ces développements, nous pourrons enfin répondre à la question : la dépréciation du dollar est-elle une opportunité ou une calamité ?

1. Historique

Source : www.ocb.int

2. Causes

A) Dévaluation du dollar: Depuis 2002, mars pour être précis, à l'apparition réelle de l'euro, la dépréciation du dollarest initiée par les autorités américaines.

Celles-ci, ont par cette actions, tentés d'enrayées l’accroissement du déficit courant des Etats-Unis (cela n’a pour le moment pas véritablement porté ses fruits).

Le résultat de ce comportement est que depuis ce mois de mars 2002, le dollar s’est déprécié de plus de 50% contre euro mais son taux de change effectif ne s’est déprécié que de seulement15%.

B) Depuis le début de l'année 2002, l'euro s'est apprécié de près de 30% par rapport au dollar et son taux de change effectif (moyenne de son taux de change vis-à-vis d'un panier de devises de 42 pays) d’environ 20% sur la même période.

Les économistes ont avancé un faisceau d'explications plus techniques afin d'expliquer un mouvement d'appréciation de l'euro par rapport au dollar : unepolitique monétaire américaine plus accommodante, une augmentation de l'attractivité des titres européens par rapport aux titres américains ou encore la perception par les marchés d'un déficit courant américain non soutenable à terme, mais sans qu'une de ces causes possibles ne soit reconnue comme prédominante.

Au-delà de la recherche des causes de ce mouvement d'appréciation, la montée de lamonnaie européenne a coïncidé avec une croissance très faible en Europe, largement inférieure à son rythme potentiel et beaucoup moins dynamique qu'aux Etats Unis (moins de 1% en rythme annualisé depuis le début de 2002 contre 2 ½ % pour l'économie américaine). Dans ce contexte, et compte tenu du risque toujours présent d'une dépréciation supplémentaire du dollar dans les prochains trimestres,s'efforcer d'évaluer par quels mécanismes un phénomène comme l'appréciation de l'euro peut influer sur l'activité de la zone euro paraît utile.

C) USA: la Fed abaisse son taux directeur à 3,50% (actualités 22/01/2008)

"La Réserve fédérale américaine (Fed) a abaissé de façon imprévue mardi son taux directeur de trois quarts de point à 3,50% pour faire face à l'affaiblissement des conditionséconomiques et à l'accroissement des risques pesant sur la croissance."

Depuis 2002 déjà, la banque fédérale américaine avait déjà baissé ses taux directeurs quelques fois, notamment âpres les attentats du 11 septembre 2001. Cette baisse du taux entraîne inéluctablement la baisse du loyer de l’argent ce qui entraîne la baisse du dollar : la Fed tente tout pour sauver l’économie américaine.

Labanque centrale américaine a décidé d’alléger le coût du crédit, de rendre l’argent moins cher. Pourquoi ? Parce qu’il y a quelques difficultés : la crise de l’immobilier, des difficultés de quelques banques, la menace d’un « crédit Crunch », d’une pénurie de crédit !...

Elle a donc décidé de rendre l’accès à l’argent plus facile. Ca peut peut-être provoquer une bouffée d’inflation. Mais la...
tracking img