Exportation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2024 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’industrie pharmaceutique marocaine a connu au cours des 20 dernières années un développement sans conteste satisfaisant. Son niveau de performance et de savoir faire est reconnue aujourd’hui par l’OMS qui la classe dans la zone Europe.
Avec 39 unités pharmaceutiques dont la production est conforme aux normes internationales de qualité, notamment les BPF (Bonnes Pratiques de Fabrication),l’industrie pharmaceutique marocaine contribue de manière significative aux exportations marocaines.
Elle permet par ailleurs, grâce à l’engagement des laboratoires pharmaceutiques représentés par l’AMIP, de rendre disponible les traitements indispensables et d’assurer l’autonomie du Maroc en matière de médicament ce qui fait d’elle un pôle industriel stratégique pour le Royaume.
 

Un marchéfragmenté entre de nombreux industriels
Un marché fragmenté entre de nombreux industriels, un faible niveau d’exportation, une taille réduite du marché et un nombre élevé de produits autorisés sur certaines molécules sont des traits dominants du marché. Ces éléments combinés ont un double effet. D’un côté, les volumes produits pour chaque molécule sont faibles. Les séries sont de petite taille. D’unautre côté, la conquête de nouvelles parts de marché reste tributaire de l’investissement promotionnel de chaque laboratoire. Les auteurs du rapport concluent après analyse que les coûts de revient des médicaments sont élevés au Maroc en raison de l’inexistence d’économies d’échelle.
La présence des produits marocains dans les échanges commerciaux internationaux représente quelque 32 millionsd’euros. Or, des pays comme la Jordanie exportent 10 fois plus avec 8 fois moins d’habitants. Selon le rapport, « seules six sociétés exportent plus d’un million d’euros chacune, 4 sont certifiées partiellement par des autorités de santé européennes et au moins huit exportent vers l’Afrique et la zone MENA » ; et de conclure « les exportations ne compensent pas la petite taille du marché. De plus 40sociétés sont en concurrence pour réaliser un chiffre d’affaires faible comparé à d’autres pays émergents. Chacun de ces 40 opérateurs locaux atteint à peine un volume des ventes, selon l’IMS, de 60 millions de dollars par an.
Les auteurs du rapport estiment que la fragmentation du marché est due à plusieurs facteurs. Tout d’abord, la libéralisation récente du capital de ces entreprises n’a pas encoreinduit une concentration dans le secteur même si des signes annonciateurs sont déjà là comme l’introduction en bourse de Sothema et de Promopharm. Cependant, le caractère familial de nombreuses entreprises ne permet pas de s’appuyer sur des investisseurs étrangers. La capacité d’investissement des acteurs marocains dans le secteur pharmaceutique reste limitée. En outre, la Direction du médicamentet de la pharmacie ne fixe pas de limite au nombre d’Autorisations de mise sur le marché (AMM) par molécule. Cela génère une situation pléthorique où un nombre réduit de molécules est assorti d’un nombre important d’AMM qui peut atteindre 30 parfois.
Si la capacité de production s’est développée rapidement puisqu’on est passé de 22 usines en l’an 2000 à 35 en 2007. L’appareil de productiondemeure toutefois sous-exploité avec à peine 60% de la capacité utilisée.
Le marché des génériques demeure sous-exploité. Leur pénétration serait de 30% en volume et 21% en valeur. Un chiffre relativement faible comparativement à d’autres pays émergents. Le secteur enregistre toutefois un bon taux de croissance en raison des actions de promotion et de sensibilisation de l’Etat.
A qualité égale lesproduits sont plus chers au Maroc
D’emblée, le rapport estime que le principe actif représente une part importante des coûts. A qualité égale, nos produits sont plus chers que ceux de l’Inde même si, relève le rapport, le coût plus réduit des salariés indiens est contrebalancé par une meilleure productivité des salariés marocains. Les autres coûts sont plus réduits au niveau des produits...
tracking img