Extrait de « information-communication / fiches de synthèse »,

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3343 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Extrait de « Information-Communication / Fiches de synthèse »,
Denis BENOIT, Les Editions d’Organisation, 1995, pp. 67-76
Fiche 5 Critique de la communication
1. Pourquoi critiquer "la" communication ?
Dans nos sociétés, un engouement massif pour la communication est aujourd'hui manifeste.
Mais, plus qu'un simple enthousiasme éphémère, la communication serait devenue à la fois :
-une mode,c'est-à-dire une manière "passagère" de se comporter qui est actuellement parfaitement patente et extrêmement prégnante : quelque soit le domaine de la vie sociale, «on ne peut éluder la notion de communication»
-une idéologie, c'est-à-dire un système d'idées, de doctrines propres à notre époque et à notre société : des pratiques les plus quotidiennes à la recherche scientifique «il est "bon","utile" et "nécessaire" de communiquer»
-une utopie, c'est-à-dire un ensemble de croyances selon lesquelles il serait possible -grâce à l'instauration d'une "société de communication"- d'établir un mode de vie où, «les sources du mal et du conflit» étant écartées, l'harmonie entre les êtres vivants pourrait être effective : «la communication "sauvera" les hommes et le monde»
-un ordre,c'est-à-dire un certain mode d'organisation considéré comme indispensable au bon fonctionnement de la société, une "injonction permanente" en vertu de laquelle il faudrait sans cesse communiquer pour répondre à toutes les questions qui se posent, résoudre tous les problèmes, apaiser tous les conflits qui surgissent : «il faut communiquer»
• Une critique, étayée par les nombreux travaux contemporains surl'histoire, les techniques et les philosophies de la communication, n'a donc pas tardé à se développer autour de ce «concept chewing-gum» souvent renvoyé au genre «fourre-tout», et autour du «mot d'ordre social», accusé de «vacuité, d'ambiguïté, voire de perversion».
L'objet d'une telle critique s'articule sur le questionnement suivant:
- La notion de communication renvoie-t-elle à un quelconqueréférent1 précis ?
- La communication, notion carrefour s'il en est, définit-elle notre époque où il existe une façon de vouloir tout dire, tout traiter, tout résoudre avec, dans et par elle ?
- Peut-on parler, à l'instar d'une "société de consommation", d'une "société de communication" dont le caractère aliénant s'imposerait aux individus par l'intermédiaire d'un discours mystificateur ?
2. Les"sciences de la communication" ne sont pas vraiment des "sciences"
C'est Philippe Breton2 qui souligne le fait que, dans nos sociétés, le thème de la communication appuie sa légitimité sur l'existence d'un champ scientifique "incontestable" garantissant la pertinence de cette notion.
Or, pour lui, ces fondements scientifiques rigoureux n'existent pas vraiment : la communication comme valeurgénérale ne peut s'appuyer sur aucun fondement scientifique particulier.
Cours de M. Denis BENOIT 1/7
L1 Théories de l’information et de la communication
En effet, la légitimité de la communication en tant que discipline scientifique relèverait «en grande partie du simple rappel à un passé mythique» : l'époque de la cybernétique3, c'est-à-dire l'époque de la tentative -avortée- de mise en oeuvre d'une"transdisciplinarité" autour du concept de communication.
2.1. L'imprécision des concepts
• L'imprécision même du terme "communication" confère à cette notion un «certain opportunisme», qui rend possible sa pénétration dans tous les domaines : médias, entreprises, sciences, etc.
Le mot "information", également, est propice à la confusion : par exemple, en français, ce même mot sert à traduiretrois termes anglais4 et, dans les faits, renvoie à des réalités radicalement différentes.
• Rassemblant «des médias, des disciplines scientifiques et des filières universitaires, des métiers et des méthodes de gestion des ressources humaines, des interactions sociales et des discours, la communication s'est d'autant mieux imposée que son contenu se dérobe à toute délimitation précise»5....
tracking img