Festival d'avignon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4446 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Festival d'AvignonUn article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, Rechercher

Les saluts après une représentation d'Asobu de Josef Nadj dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes en 2006
Le Festival d'Avignon, est un festival annuel de théâtre fondé en 1947 par Jean Vilar, à la suite d'une rencontre avec le poète René Char. Il a lieu chaque été en juillet dans les rues etmultiples théâtres du centre historique d'Avignon (Vaucluse).
C'est incontestablement la plus importante manifestation de l'art théâtral et du spectacle vivant en France par le nombre des créations et des spectateurs, et l'une des grandes manifestations artistiques décentralisées les plus anciennes.
Historique [modifier]
Naissance du festival [modifier]Dans le cadre d'une exposition d'artmoderne qu'ils organisent dans la grande chapelle du Palais des papes d'Avignon, le critique d'art Christian Zervos et le poète René Char demandent à Jean Vilar, acteur, metteur en scène et directeur de théâtre, une représentation de Meurtre dans la cathédrale, qu'il a créé en 1945. Après avoir refusé, Vilar leur propose trois créations : La Tragédie du roi Richard II, de Shakespeare, une pièceméconnue en France, La Terrasse de midi, de Maurice Clavel, auteur alors encore inconnu, et L’Histoire de Tobie et Sara, de Paul Claudel[1]
Après accord de la municipalité, la Cour d'honneur du Palais des Papes est aménagée, et Une semaine d'Art en Avignon se concrétise du 4 au 10 septembre 1947. 4800 spectateurs, dont 2900 payant, assiste dans trois lieux (la Cour d'Honneur du Palais des Papes, leThéâtre municipal et le Verger d'Urbain V), à sept représentations des trois créations [2]. :
La Tragédie du roi Richard II, de Shakespeare, avec Jean Vilar dans le rôle-titre, Germaine Montero, Jean Leuvrais, Bernard Noël, Jeanne Moreau ;
La Terrasse de midi, de Maurice Clavel, avec Dagmar Gérard, Jeanne Moreau, Michel Bouquet ;
L’Histoire de Tobie et Sara, de Paul Claudel, mise en scènepar Maurice Cazeneuve, avec Jean Vilar, Silvia Montfort, Béatrix Dussane, Jean Négroni, Alain Cuny, Jeanne Moreau.


Le Prince de Hombourg, 1952
Jean Vilar revient l'année suivante pour une Semaine d'art dramatique, avec la reprise de La Tragédie du roi Richard II, et les créations de La Mort de Danton de Georg Buchner, et Shéhérazade de Jules Supervielle, qu'il met en scène toute trois[3].Il s'attache une troupe d'acteurs qui vient désormais chaque année réunir un public de plus en plus nombreux et de plus en plus fidèle. Ces jeunes talents, ce sont notamment : Jean Négroni, Germaine Montero, Alain Cuny, Michel Bouquet, Jean-Pierre Jorris, Silvia Montfort, Jeanne Moreau, Daniel Sorano, Maria Casarès, Philippe Noiret, Monique Chaumette, Jean Le Poulain, Charles Denner, JeanDeschamps, Georges Wilson… Gérard Philipe, déjà célèbre à l'écran, rejoint la troupe à la reprise du TNP en 1951, et en devient l'icône, avec ses rôles du Cid et du Prince de Hombourg[4].
Le succès est croissant. La sous-directrice des spectacles et de la musique Jeanne Laurent apporte son soutien à Vilar, et le nomme en 1951 à la tête du TNP, dont les spectacles alimentent dès lors le festival jusqu'àce que Georges Wilson le remplace à Chaillot en 1963. Les rares metteurs en scène invités, sont issus du TNP : Jean-Pierre Darras en 1953, Gérard Philipe en 1958, Georges Wilson en 1953 puis à partir de 1964, où Vilar ne monte plus de pièces. Sous le nom de Festival d'Avignon à partir de 1954, l'œuvre de Jean Vilar grandit, donnant corps à l'idée de théâtre populaire de son créateur, et mettant enlumière la vitalité de la décentralisation théâtrale à travers les créations du TNP. Dans le courant de l'éducation populaire, mouvements de jeunesse et réseaux laïques participent au renouveau militant du théâtre et de son public, invité à participer à des lectures et des débats sur l'art dramatique, les nouvelles formes de mise en scène, les politiques culturelles…
1966 marque le début...
tracking img