Figure de tyle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2954 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES FIGURES DE STYLE

Vous pouvez opérer une recherche alphabétique ou thématique. En plaçant le curseur sur le mot, l'info-bulle vous indiquera sa ou ses catégorie(s) et en cliquant sur le mot, vous serez amenés directement à sa catégorie principale, à la fin du document, afin de voir toutes les autres figures du même ordre.

Abstraction : Métonymie qui désigne un objet ou un phénomènepar une qualité abstraite.
Il avait l'impression de n'être qu'une petite transparence gélatineuse qui tremblotait sur la banquette d'un café. (J.-P. Sartre)

Allégorie : Description métaphorique dont les éléments forment un ensemble cohérent et qui exprime une idée générale.
La Mort, lorsqu'elle est représentée comme un squelette armé d'une faux.

Allitération :Répétition de sons identiques dans une suite de mots.
Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue et que j'aime et qui m'aime. (P. Verlaine)

Amphibologie : Ambiguïté d'une construction, donnant lieu à 2 interprétations possibles.
J'ai tué un éléphant en pyjama ! (G. Marx)

Amphigouri (m) : Discours burlesque accumulant les expressions complexes etinintelligibles pour aboutir à une sens obscur.
Or, ces vapeurs dont je vous parle, venant à passer du côté gauche où est le foie, au côté droit où est le cœur, il se trouve que le poumon, que nous appelons en latin armyan, ayant communication avec le cerveau que nous nommons en latin nasmus (…) rencontre en son chemin lesdites vapeurs (…) il arrive que ces vapeurs… ossabandus, nequis, nequer, potarinum,quipsa milus." (Molière).

Anacoluthe (f): Rupture ou discontinuité dans la construction d'une phrase. La phrase commencée est oubliée et fait place à autre chose que la suite rigoureuse de la pensée ou la suite grammaticale de la phrase.
Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé. (B. Pascal)

Anadiplose (f) : Répétition d'un mêmeélément à la fin d'une structure et au début de la structure suivante.
"Mourir pour des idées, l'idée est excellente" (G. Brassens).
NB : Lorsque plusieurs anadiploses se suivent, on parle d'une concaténation.
"(…) l'homme est en ce monde ainsi que l'oiseau sur la branche ; la branche est attachée à l'arbre ; qui s'attache à l'arbre, suit de bons préceptes ; les bons préceptes valent mieux que lesbelles paroles ; les belles paroles se trouvent à la cou(…)" Molière.

Anaphore (f): Structure dans laquelle un même mot commence les propositions ou les phrases.
Quand les fils de novembre nous reviennent en mai

Quand la plaine est fumante et tremble sous juillet

Quand le vent est au rire quand le vent est au blé
Quand le vent est au sud écoutez-le chanter.(J. Brel)

Antiphrase : Forme d'ironie qui consiste à dire l'inverse de ce qu'on veut laisser entendre.
Les Grecs appelaient par antiphrase les redoutables Furies les Euménides, c'est-à-dire les Bienveillantes, afin de se les concilier.

Antithèse : Rapprochement dans le discours d'idées ou de mots opposés.

Ils étaient usés à quinze ans

Ils finissaient endébutant. (J. Brel)

Antonomase (f) : Figure consistant à remplacer un nom par l'énoncé d'une qualité propre à l'objet ou à l'être qu'il désigne ou bien utilisation d'un nom propre comme nom commun ou adjectif.
Les Quarante pour l'Académie Française. Si Schweppes et pourtant si différent. (Publicité)

Aphérèse (f) : Suppression de l'initiale d'un mot. Bus pour autobus.

Apocope (f): Suppression de la finale d'un mot. Prof pour professeur.

Apostrophe (f) : Interpellation d'une personne ou d'une chose personnifiée.
O rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie!
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? (P. Corneille)

Apposition : Nom ou GN s'ajoutant et complétant un nom ou un pronom pour en préciser ou développer le sens.
Elle a...
tracking img