Francais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1080 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Molière écrit dans la préface de L'Amour médecin : « Tout le monde sait que les comédies sont faites pour être jouées, et je ne conseille de lire celle-ci qu'aux personnes qui ont des yeux pour découvrir dans la lecture tout le jeu du théâtre ».
Nous nous demanderons si, au théâtre, la représentation est indispensable.

Introduction : La pratique scolaire : découverte du théâtre dans leslivres, au mieux avec une vidéo en complément ; peu de possibilités d’aller voir des pièces au théâtre.
Pourtant Molière affirme, dans la préface de L'Amour médecin : « Tout le monde sait que les comédies sont faites pour être jouées, et je ne conseille de lire celle-ci qu'aux personnes qui ont des yeux pour découvrir dans la lecture tout le jeu du théâtre. Molière admet qu’un amateur dethéâtre peut se contenter de lire les pièces. Mais cette lecture n'est-elle inévitablement limitée et insuffisante comparée aux multiples ressources du spectacle théâtral ?
Nous verrons tout d'abord que la simple lecture permet d'imaginer la représentation. Puis nous montrerons que la représentation est indispensable.

On peut se contenter de lire le théâtre
Une pièce est d’abord un textelittéraire : une pratique solitaire, silencieuse, qui permet d’entrer dans l’univers d’un écrivain, de savourer son style, de remarquer ses techniques, d’analyser ses pensée par exemple  : la beauté des pièces classiques (Corneille, Racine, Molière), la plupart du temps écrites en alexandrins, l’analyse psychologique chez Marivaux, Hugo ou Musset, les intrigues compliquées de Beaumarchais, la richesse desdébats d’idées chez Ionesco, Anouilh…On peut lire, relire, revenir en arrière, comparer, savourer, comprendre en plusieurs temps…
L’auteur donne souvent des indications scéniques qui permettent d’imaginer parfaitement les scènes : soit avec des didascalies, soit grâce au texte des répliques. Les textes de Ionesco par ex fournissent des didascalies très précises, permettant de « visualiser » ledécor, les costumes, l’apparence et les déplacements des personnages. Ex : la scène d’exposition de Rhinocéros, on peut très bien imaginer la place de village, les boutiques, le carillon de l’église, les 2 personnages qui arrivent…
La lecture fait appel à l’imagination. Chacun peut imaginer à sa guise le décor de L’Ile des esclaves de Marivaux : une plage, des cocotiers, la mer, quelques cases…Ce sera toujours mieux que sur la scène du théâtre ! Dans Rhinocéros, Ionesco nous fait vivre en direct la métamorphose d’un humain en rhinocéros. Notre imagination fera toujours mieux le travail que la meilleure des maquilleuses !
Certaines pièces posent d’ailleurs de grosses difficultés au metteur en scène, alors que pour le lecteur tt est simple : Au début de On ne badine pas avec l’amour deMusset, Maître Blazius et dame Pluche arrivent, l’un sur un mulet, l’autre sur un âne. Quel problématique pour un lecteur ? Aucun. Pour un metteur en scène de théâtre, c’est autre chose !
La lecture permet de découvrir des pièces qui n’ont pas été écrites pour être jouées, comme « le théâtre dans un fauteuil » de Musset (Lorenzaccio, avec ses 49 personnages et sa 20aine de décors différents, n’ajamais été joué du vivant de l’auteur ; Le Soulier de Satin de Claudel ne dure pas moins de 9 heures : peu de metteurs en scènes osent se lancer dans une telle aventure !)
Transition : Mais malgré les possibilités offertes par la lecture, la représentation n’est-elle pas irremplaçable ?

Mais la représentation est irremplaçable
Se contenter de lire le théâtre, c’est se priver d’un aspecttrès importante de cette forme artistique, qui a la particularité d’être un art  « vivant » : la présence sur scène d’acteurs en chair et en os qui incarnent les personnages permet le phénomène de « l’illusion » bien montré par Marivaux et par tous les auteurs qui ont joué sur la technique du « théâtre dans le théâtre » : le spectateur confond vite la fiction et la réalité, et se sent davantage...
tracking img