Histoire de la presse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1230 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1 – La Gazette et l'apparition de la presse libre. La gazette est l'ancêtre des journaux en France, créé par Théophraste Renaudot en 1631.
Avant, deux journaux ont existé: Le calendrier des bergers (1491) qui abordait la question des phases de la lune, les fêtes; Les nouvelles ordinaires des divers endroits (1731) par G.Martin et Louys Vendôme. Le tournant est la révolution, qui voit apparaîtrepléthore de journaux des divers groupes (montagnards, jacobin), explosion de la liberté, besoin de s'informer. Il y a un tel besoin qu'en 1796, il y a335 journaux et 500 périodiques. Article 11 de la DDHC: La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cetteliberté dans les cas déterminés par la loi.
18 brumaire, fin de cette liberté, et il y a l'interdiction de nouveaux journaux. La liberté n'aura durée que 7 ans. La Gazette existe toujours et est rebaptisé Le Moniteur en 1811 (groupe qui existe toujours) 1822, on continue à perdre de la liberté, et le gouvernement décide l'obligation de l'impression sur papier timbré, ce qui empêche de nombreuxjournaux (du fait du cout) de paraître. «La presse périodique ne peut être qu'un instrument de désordre(...)» en 1829 par le Prince Polignac, le président du conseil. Il y a une contestation, avec un manifeste de 44 journalistes. 1830, révolution de juillet. Napoléon III continue dans la ligné de répression, avec l'obligation morale des directeurs. 1854, création du Figaro par (?).
Le premierjournal au monde à dépasser le million d'exemplaire est Le Petit Journal en 1871. Tournant majeur en 1881, avec la loi Jules Ferry de l'école obligatoire.
2 – Les débuts de la Presse en Bretagne (au 19ème).
En Bretagne, il y avait déjà eu quelques journaux mais qui avaient des cibles restreintes: Le phare de la Loire (1852), Le Populaire (1874), Le Nouvelliste du Morbihan (Lorient, 1886), La Dépêchede Brest (1886). Ses deux derniers dans des ports, ce qui n'est pas un hasard, au XIXème elles ne sont pas encore victimes de la décentralisation. A Rennes, en 1899 est lancé l'Ouest Eclair. Même année que la révision du procès Dreyffus à Rennes, un événement qui rassembla 300 journalistes. C'était une ville très bourgeoise, fidèle à la monarchie, avec une place du clergé (prêtres rouges) qui ontoeuvré pour le bien des classes sociales défavorisées (Abbé Trochu et Abbé Crublet). Trochu a créé l'Ouest Eclair, avec un avocat Desgrées du Lou. On va voir apparaître des noms qui resterons dans l'histoire du journal (héritiés dans le CA, au gouvernement, avec un sens citoyen qui dépasse leurs petites vies et leurs propres vies). Ses journaux ont eu du mal à se développés car la presse nationaleétait diffusée en Bretagne, avec par exemple le Petit Parisien qui tirait à un million et demi. On a vu apparaître aussi en Bretagne,la presse satyrique. La Cloche bretonne (Lorient), le canard Ploermelais qui prévenais ses lecteurs de la parution en fonction des gaffes et autres bouffonneries. La presse étrangère en Bretagne, notamment durant l'occupation allemande à Brest et à Morlaix.
C'estdonc l'affaire Dreyffus qui a poussé le prêtre à trouver des associés. Le premier est imprimé rue de la Chalottais, puis quand il a prospéré, il a pus trouver les fonds pour le déplacé rue du Pré Botté (actuellement siège de la rédaction locale de Rennes) où se situe la rédaction et l'imprimerie. Salle des dépêches dans ce local, où étaient affichées les informations avant leurs publications le
1/3lendemain dans les journaux. Une soixantaine de journalistes en province, 192 correspondants, et une déjà une rédaction à Paris. Correspondants sur les quartiers qui doivent couvrir toutes les informations (rencontres sportives, concerts, ...), payés des clopinettes, mais qui trouvent une application citoyenne. Il y a une certaine professionnalisation de cette profession.
Le télégramme est...
tracking img