Hoffmann

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 105 (26187 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
www.comptoirlitteraire.com

André Durand présente

Ernst Theodor Amadeus HOFFMANN

(Allemagne)

(1776-1822)

[pic]

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
qui sont résumées et commentées
(surtout ‘’L’homme au sable’’).

Bonne lecture !

Il est né à Koenigsberg, le 24 janvier 1776. Son existence est assez bien connue. Une correspondance de jeunesse extraordinairementsincère, un journal intime cryptographique et elliptique, mais d'une rare authenticité dans l'aveu des émotions passagères, les souvenirs notés par ses amis, Hippel et Hitzig, ainsi que par son éditeur, Kunz, d'autres documents contemporains et surtout les innombrables transpositions du vécu dans l’œuvre permettent d'imaginer ce que fut la singulière réalité de cette vie tourmentée.
Il est né dansune famille désunie. Son père, qui eut peut-être des ascendances polonaises, hongroises ou italiennes, on ne le sait trop, était le fils d'un pasteur protestant. Ce dut être un assez étrange personnage. Magistrat, conseiller criminel et commissaire de justice à Insterburg, il ne fit qu'une très modeste carrière. Il écrivait des poèmes, composait de la musique qui ne devait pas être bien remarquableet semble avoir cédé souvent à une humeur vagabonde. Il quitta de bonne heure sa jeune femme, emmenant son fils aîné, Karl Wilhelm, et laissant le cadet, Ernst Theodor, à la famille maternelle. Enfant sans père, il fut presque un enfant sans mère : la sienne, malade et d'une excessive nervosité, n'était guère capable de s'occuper de son éducation. Elle mourut, comme son mari, en 1796 seulement,mais Ernst Theodor fut élevé par trois personnages à la fois très bourgeois et très singuliers : sa grand-mère Dörffer, sa tante Sophie, surnommée « Füsschen » (ou petit-pied) et son oncle, Otto Wilhelm Dörffer, magistrat célibataire, d'humeur sombre, dévote et solennelle. Dans ses lettres et dans plusieurs personnages de son œuvre, Hoffmann a tracé de lui plusieurs portraits sans aménité, où leridicule le dispute à l'odieux. Il l'appelait Onkel 0. W. (Oh Weh !), ce qui se traduirait à peu près «oncle quel malheur !» ou «oncle catastrophe». Bien qu'il fût épris de musique, M. Dörffer avait tous les traits du béotien rationaliste.
Hoffmann eut pour parrain un voisin, père du poète Zacharias Werner (né en 1768), l'une des figures les moins banales de l'époque, chez qui l'histrionisme etl'exaltation religieuse, héritée d'une mère visionnaire, se mélangeaient curieusement. Hoffmann devait retrouver plus tard, à Varsovie, cet homme bizarre et subir longtemps sa fascination. Au collège, où il fit de bonnes études classiques, il noua avec son camarade Hippel l'une de ces amitiés exaltées comme on en voit naître entre les jeunes gens des romans de Jean-Paul. Le père de cet ami, TheodorGottlieb Hippel, était un écrivain connu et l'un des familiers du grand homme de Kœnigsberg, Immanuel Kant. Mais notre conteur ne fut jamais attiré par le philosophe ; il lui préférait un autre concitoyen illustre, le «Mage du Nord», Hamann.
Le monde de l'enfance a profondément marqué Hoffmann, qui en garda toujours la nostalgie. Il était de la race de ceux qui, à travers la vie entière, tententde reconstituer le paradis perdu. Mais il était aussi de l'espèce d'hommes qui, cruellement blessés durant leurs premières années, n'oublient rien de leurs chagrins enfantins. Il n'eut pas besoin de lire les poètes nouveaux pour se former une conscience d'exilé sur la terre. Ses lettres d'adolescence à Hippel débordent de projets, d'espoirs, d'élans, mais aussi de tristesse, de déconvenues et d'unesorte d'amertume bouffonne, où il y a de la désolation puérile et du défi.
Très jeune, il fut attiré par la musique, que lui enseigna un organiste polonais, Podbielski, prototype du «mage» Abraham Liscot dans “Le chat Murr”. Il s'essaya aussi à écrire des poèmes, des romans, et à dessiner. Mais le milieu provincial n'était favorable à l'acquisition d'aucune technique. Également doué pour la...
tracking img