Infrstructure de transport au mexique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2201 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les projets d’infrastructures de transport au Mexique
Juin 2008
© MINEIE – DGTPE
Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001

Les infrastructures de Des carences importantes qu’il devient urgent de transport actuelles combler : la prise de conscience du gouvernement
Classement sectoriel mondial du Face au développement actuel du pays, à son ouverturesur le commerce international Mexique pour les infrastructures et à son rôle dans l’économie mondiale, les infrastructures de transport sont, en l’état, insuffisantes. Elles ne permettent pas de mettre à profit la situation exceptionnelle de transport (juillet 2007) 65ème pour les chemins de fer 64ème pour les ports 55ème pour les aéroports 49ème pour les routes Investissements prévus par le PNIpour le transport Secteur routier : 19,1 milliards d’euros. Secteur ferroviaire : 3,3 milliards d’euros. Secteur portuaire : 4 milliards d’euros. Secteur aéroportuaire : 4,1 milliards d’euros.

dont dispose le Mexique actuellement. Obsolètes, en mauvais état et parfois saturées, elles bloquent le développement du pays. Selon le Forum Economique Mondial (2006-2007), le Mexique se situe, pour lacompétitivité de ses infrastructures, à la 64ème place sur 125 pays. Ce classement marque la nécessité de développer, moderniser et renforcer les infrastructures de transport afin qu’elles soient à même de répondre à une demande croissante, liée à la multiplication des échanges avec les Etats-Unis, la Chine, l’Amérique Latine et de plus en plus l’Europe. Fort de ce constat, le Président FelipeCalderon, au pouvoir depuis juillet 2007, a lancé un Programme National d’Infrastructures 2007-2012. Ce programme, largement ouvert à l’investissement privé qui devrait financer la moitié des infrastructures, devrait permettre d’améliorer et d’augmenter l’offre de transport au Mexique et d’y limiter les effets de la crise des « subprimes » aux Etats-Unis.

Le secteur ferroviaire Prédominance du fretet essor des premiers trains de passagers régionaux : redonner vie au transport ferroviaire de passagers
Le secteur ferroviaire mexicain se caractérise par un déséquilibre notable entre transport de marchandises et transport de passagers. En 1995, l’état des chemins de fer mexicains était catastrophique : 26 622 km de réseaux mal entretenus, à peine 6 700 passagers, et le fret stagnant à 58 Mt.C’est dans ces conditions que le Ministère des Transports a entrepris et lancé son programme de privatisation. En 10 ans, et depuis la privatisation du réseau à trois principaux exploitants (Ferromex, Ferrosur et Kansas City Southern de Mexico), le poids total des marchandises transportées par rail a doublé, représentant environ 11% du volume de marchandises transportées dans le pays en 2007. Ainsi,se découvrant un nouveau

Longueur du réseau de chemin de fer (Milliers de Km.) année 1990 2006 longueur 26,3 26,7



© MINEIE - DGTPE

Marchandises transportées par voie ferrée (millions de tonnes) année 1990 1994 2000 2006 tonnage 46,4 52,1 77,2 94,7

rôle, le secteur ne cesse de voir son poids dans le transport de marchandises augmenter. En revanche, le nombre de passagers, quiaugmentait de façon constante pour atteindre un plus haut niveau historique de 37 millions de passagers en 1970, n’a ensuite cessé de diminuer pour disparaître à l’aube de l’année 2000, lorsque la dernière ligne Guadalajara-Mexico a cessé son exploitation. Aujourd’hui, il n’existe plus que deux lignes ferroviaires dédiées à l’activité touristique : Barranca del Cobre (Chepe) et Téquila express. Malgrétout, l’idée de redonner vie à ce moyen de transport est pleinement d’actualité.

Objectifs du secteur et principaux projets à court terme

A travers le PNI, les objectifs principaux pour le secteur ferroviaire sont de redonner vie au transport urbain ferré, renforcer le réseau pour le fret et renforcer Objectifs à court terme l’intermodalité. Les projets de transport urbain ferré...
tracking img