Jean van eyck, la vierge au chancelier rolin (j. mérande et r. huyghe)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1330 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean VAN EYCK - La Vierge au chancelier Rolin

Vous avez sous les yeux la reproduction d'un tableau qui se trouve au musée du Louvre, à Paris. On l'appelle la Vierge au Chancelier Rolin ou la Vierge d'Autun, parce qu'il a été peint par Jean Van Eyck, vers 1435, pour la cathédrale d'Autun en Saône et Loire.

Van Eyck est l'un des plus grands peintres du XV° siècle. Artiste de notre région desFlandres, il s'est fixé à Bruges. C'est là sans doute qu'il a peint cette œuvre remarquable par l'harmonie de l'ensemble et l'infini des détails.

Conformément à la coutume, il a représenté le donateur du tableau, le chancelier Rolin, futur fondateur de l'Hôtel Dieu de Beaune. C'est lui que nous voyons au premier plan à gauche ; il est agenouillé devant la Vierge qui, elle, est assise etprésente l'Enfant Jésus.
Un ange tient une couronne au-dessus de Marie.
La scène se passe dans une loggia qui ouvre au second plan sur un petit jardin dont on devine les fleurs.
Notre regard se heurte ensuite à un rempart sur lequel se tiennent deux veilleurs et, un peu à gauche, des paons.
Mais l'arrière plan du tableau laisse découvrir au-delà des créneaux, les deux rives d'un fleuve réunies parun pont, une petite île puis tout un paysage et même une chaîne de montagne, et enfin, dans les lointains, un ciel d'une grande luminosité.
Du monde des âmes, représenté au premier plan, nous passons donc par paliers à la création tout entière avec sa vie animée, sa nature et finalement l'univers.
Les notes assourdies du manteau rouge et du prie-dieu bleu s'opposent au bariolage du sol et de larobe de Rolin.
Les fines colonnettes spiritualisent le paysage et nous l'offrent tout en le faisant reculer.

Nous allons maintenant regarder successivement certains détails de ce tableau.
Voici tout d'abord le chancelier Rolin. Il a ici, environ 50 ans. Père de l'évêque d'Autun, il joua un rôle important à la cour du duc de Bourgogne, Philippe Le Bon.
Ce portrait est d'un réalisme cruel. Sabouche paraît dédaigneuse ; son regard est dur. Il semble muré dans une insensibilité d'homme puissant.
Son visage buriné par la méfiance et l'opiniâtreté, contraste avec la beauté du vêtement.
Van Eyck a peint ce manteau avec un amour bourgeois de l'étoffe. La fourrure est fignolée poil à poil.

En face de lui l'Enfant Jésus.
A vrai dire, comme dans les tableaux de cette époque, il n'est pastrès beau. Mais c'est surtout l'aspect technique de la composition qui est ici intéressant : Van Eyck a osé peindre cette tête blonde dorée par la lumière sur fond de ville.
Nous découvrons en effet le chevet d'une cathédrale, une place traversée par un grand escalier et animée par une sortie de messe.
Le sens est clair : l'Enfant-Dieu n'est pas seulement venu pour un puissant comme Rolin, maispour la ville et la foule.

Voici maintenant la Vierge.
Elle est jeune comme devraient toutes les Vierges de Noël. Trop de peintres ont oublié qu'elle avait alors 15 ou 16 ans.
Ici, c'est une flamande aux joues pleines, à la fois très simple et très noble.
Elle est seule dans son rêve, perdue dans un spectacle intérieur, dans la pensée qui n'a cessé de la travailler depuis l'Annonciation:"Tu vas enfanter un Fils à qui tu donneras le nom de Jésus…"
Il est là maintenant sur ses genoux, le Messie promis à Israël, son fils.
"Qu'est-ce qu'il est… qu'est ce que je suis…"
La couronne que tient l'ange est d'une magnificence qui exprime l'aspect inouï de Noël : la venue du Fils de Dieu, l'éclatant mystère de la joie et de la gloire des hommes.
C'est une couronne délirante sans proportionni avec la Vierge ni avec l'ange. Mais qui se plaindrait que la couronne est trop belle devant ce ruissellement d'or et de joyaux, auquel répond l'aile de feu de l'ange.

Autre détail de la loggia, les chapiteaux qui garnissent les colonnes. Ce fond harmonieux met en valeur la tête de Rolin et fait éclater la luminosité du ciel.
On remarque des entrelacs romans terminés par des têtes de...
tracking img