La courbe de phillips

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1292 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Mise en évidence en 1958, la courbe de Phillips est une courbe illustrant une relation empirique négative (relation decroissante) entre le taux de chômage et l'inflation ou taux de croissance des salaires nominaux.
I/ L’établissement de la courbe
A_ Explication de la courbe
Cette relation s'explique par le fait qu'au-delà d'un certain niveau de chômage, les salariés ne sont plus en position deforce pour exiger une hausse de salaire; le partage des gains de productivité s'effectue alors en faveur de l'entreprise.
Elle dérive des travaux de l'économiste néo-zélandais Alban William Phillips mettant en relation le chômage et la variation des salaires nominaux ; l'augmentation des salaires nominaux est source d'inflation, car elle accroît les coûts de production des entreprises etcelles-ci se voient alors contraintes de rehausser leurs prix afin de restaurer leur marge bénéficiaire.

Interprétation : L’interprétation la plus simple de la courbe de Phillips consiste à reprendre le modèle de l’offre et de demandes globales de biens et services.
Une demande globale élevée conduit à l’augmentation de la production (offre globale plus importante) et par extension à la hausse desprix (l’offre est une fonction croissante du prix).
Or plus la production est élevée plus les entreprises vont employer de monde. On observe donc une situation dans laquelle la hausse de la demande globale entraîne la diminution du chômage et l’augmentation de l’inflation.

B_ Etat joue sur les instruments de la politique monétaire et budgétaires STOP ans GO
Les dépenses étatiques peuventprovoquer la relance privée, les autorités jouent sur les instruments de la politique monétaire et budgétaire pour freiner l’accroissement du chômage. Les politiques sont dits (souligné par le correcteur ) de « stop and go » et donc influencée par la courbe de P jusque dans les années 1970. Les gouvernements effectuent un arbitrage en termes de politiques budgétaires, monétaires et fiscales etchoisissent un point sur la courbe. En stimulant la demande globale ils favorisent la baisse du chômage mais augmentent l’inflation et en contractant la demande globale ils limitent l’inflation mais voient le chômage augmenter.
Cependant ces politiques ont des effets ambigus. La politique d’inspiration keynésienne utilisa fortement la courbe de Phillips pour réguler l’économie. Une politique de relancepermet de diminuer le nombre de chômeurs mais accroît dans un même temps le niveau de l’inflation. Une politique de rigueur permet de contrôler l’évolution de l’inflation mais se traduit aussi par un marché du travail difficile. Le point de vue keynésien est optimiste, il suppose qu’un déplacement sur la courbe reste stable tant que la politique reste la même. Pour eux, la politique économique estune affaire de choix de priorités.

II/Friedman et la critique monétariste
A_ Remise en cause de la courbe de Phillips (stagflation et la réponse de Friedman)
A partir des années soixante-dix, les économies développées entrent dans une longue période de stagflation, faisant douter de la pertinence de cette courbe. L’efficacité des politiques de relance est de plus en plus contestée, ellestendent à accélérer l’inflation sans véritablement permettre une baisse du chômage.
* La critique de la courbe de Phillips (ou plutôt des politiques fondées sur la courbe de Phillips) a été formulée par Milton Friedman. Partisan de la théorie quantitative de la monnaie, Friedman rejette l’idée d’une relation durable entre une variable monétaire (l’inflation) et une variable réelle (le chômage).CTdifférent LT
* Friedman appuie son raisonnement avec l’introduction du concept de taux de chômage naturel ou NAIRU

B_ Taux de chômage naturel
D’autre part dans son analyse, il existe un taux de chômage naturel qui correspond au plein emploi et dont on ne peut durablement s’éloigner. Ainsi tout politique qui vise à faire baisser le chômage au dessous de ce seuil conduit à terme à...
tracking img