La culture et les cultures

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1346 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA CULTURE ET LES CULTURES
La culture est un mot utilisé de nos jours à "toute les sauces". Qu'est ce qu'un être cultivé ? Qu'est-ce que la culture d'une société ? Pour comprendre comment la culture peut influencer notre manière de penser et d'agir, nous devons faire une distinction entre la culture de la personne et la culture collective puis voir comment ces deux niveaux de culture peuvents'influencer. 1 La culture de la personne

Le sens premier de la culture est centré sur la personne. Cicéron parlait de la "cultura animi", la culture de l'âme, c'est-à-dire la domestication intérieure de la personne. Dans ce même sens, Jean-Paul II indique que "la culture est ce qui fait en l’homme l’humain", ce par quoi il "accède davantage à l’être". On peut comparer l'être humain à une terreagricole. Cette dernière peut être cultivée, c'est-àdire modifiée non dans son être, mais dans sa capacité à produire, à donner. En la cultivant, l'agriculteur la modifie pour qu'elle réponde réellement à sa vocation agricole. Elle peut également être laissée à l'abandon et ainsi revenir à un état sauvage. Elle ne produit plus alors que des mauvaises herbes et ne répond plus à sa vocation agricole.La culture de l'homme est à l'image de la culture de la terre. Pour répondre à sa vocation d'humain, l'homme a besoin de se cultiver, de développer sa culture personnelle. Mais comme pour l'homme, on peut mal cultiver la terre : la pousser trop, avoir une démarche trop utilisatrice et matérialiste. Cela peut alors engendrer une catastrophe écologique (cf. les terres polluée à l'azote). Dans cesens, la culture s'oppose à la sauvagerie. Ainsi, lorsqu'en 1998 devant l'Assemblée Nationale, Jean-Pierre Chevènement incrimine un jeune en le traitant de sauvageon, il souhaite signifier son manque de culture. Il s'en justifie d'ailleurs en 2006 : "Etymologiquement, le sauvageon est un arbre non greffé. J’incriminais donc l’insuffisance de l’éducation, celle des parents comme de l’école."(Aujourd'hui en France, 5 juillet 2006). Une bonne définition de la culture de la personne a été donnée par Jean-Louis Harouel (Culture et contre-cultures", PUF, Paris, 1994, coll. "Politique d’aujourd’hui") : La culture développe trois sens intérieurs de l'homme : – le sens intellectuel, capacité à saisir le vrai ; – le sens artistique, capacité à saisir le beau ; – le sens moral, capacité à saisir lebien. La culture est également : un processus d'acquisition, le résultat de ce processus et l'ensemble des œuvres qui le serve (exemple des Essais de Montaigne : la culture désigne aussi bien le travail de compréhension des Essais, que l'état de celui qui les a assimilés ou les Essais euxmêmes). La culture est qualité d'esprit et pas uniquement un patrimoine intellectuel. Selon la formule célèbreelle est "ce qui reste quand on a tout oublié" (Edouard Herriot). La culture ne se limite pas à des activités spécifiques de loisirs artistiques, de sport, de voyages… Ce n'est ni une consommation (ou une utilisation) d'œuvres, ni une érudition. La culture est alors : "tout ce par quoi l’homme – affine et développe les multiples capacités de son esprit et de son corps ; – s’efforce de soumettrel’univers par la connaissance et le travail ;

humanise la vie sociale, aussi bien la vie familiale que l’ensemble de la vie civile, grâce au progrès des mœurs et des institutions ; – traduit, communique et conserve enfin dans ses œuvres, au cours des temps, les grandes expériences spirituelles et les aspirations majeures de l’homme, afin qu’elles servent au progrès d’un grand nombre et même de toutle genre humain" (Concile Vatican II, Constitution pastorale sur l’Eglise dans le monde de ce temps Gaudium et Spes, 53). En résumé et en terme simple, dans cette vision, on dira qu'un être est cultivé lorsqu'il a développé en lui une capacité à discerner le vrai, le beau et le bien. Ce n'est donc pas un empilement de savoirs, mais un équilibre entre des savoirs et des aptitudes à discerner, à...
tracking img