La culture ou les cultures

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2915 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
On façonne les plantes par la culture, les hommes par l’éducation, dit Rousseau, au début de L’Emile, présentant ainsi deux sens du mot culture. Dans un sens général, culture, du latin colere, signifie mettre en valeur, par exemple un champs, mais aussi bien l’esprit. Cependant, chez Rousseau, ce rapprochement recèle une critique de la civilisation, autre sens du mot culture : pour lui, leprocessus de civilisation ne s’identifie pas à un progrès. L’anthropologie contemporaine de Claude Lévi-Strauss, se situe dans la lignée de la pensée Rousseauiste, dans la mesure ou la rupture entre nature et culture donne lieu à l’épanouissement de formes multiples de civilisations, les cultures primitives n’étant pas en dépit de ce que suggère ce mot, en retard par rapport à la civilisationoccidentale mais différentes. La culture en est venue par ce biais à désigner un ensemble de normes collectives, alors qu’un autre sens du terme demeure : la culture est aussi le raffinement individuel qui distingue un individu de ses semblables.
Mais existe-t-il vraiment une culture, une et immuable ? Faut il parler de la culture ou des cultures ?
Les différentes cultures résolvent à leur manière tousles problèmes de la vie, aucune ne peut à priori être considérée comme supérieure ; l’histoire universelle n’est qu’une illusion ethnocentrique et l’expression d’un rapport de force. On peut toutefois reprocher à cette vision des choses le relativisme auquel elle conduit. Si toutes les cultures se valent peut-on encore affirmer des valeurs ? Faudrait-il admettre que des sous-groupes sociaux ont lepouvoir de créer une culture ? N’est-ce pas de la confrontation d’une pluralité de valeurs, de choix, et de cultures que peut sortir un enrichissement de la culture universelle ?
La différence des cultures engendre cependant des attitudes de rejets et des rapports conflictuels entre les hommes. Ceux qui n'ont pas les mêmes coutumes que nous nous apparaissent souvent comme étranges, voire mêmesauvages, inhumains. La pluralité des cultures peut donc avoir pour effet de diviser les hommes.
On peut alors se demander si la diversité des cultures est un obstacle à l'unité du genre humain ?
Pour répondre à cette question, nous nous demanderons tout d’abord dans quelle mesure la diversité des cultures, les cultures, est une expression de la liberté humaine. Puis, nous verrons que la diversitédes cultures peut être un obstacle à l’unité du genre humain. Enfin, nous verrons que l’unité du genre humain est à construire.

La diversité des cultures est elle une expression de la liberté humaine ?
A la naissance l'homme n'est pas achevé, il n'est pas encore pleinement un homme car les qualités qui font le propre de l'homme ne sont encore en lui développées (langage, la culture, laconscience). Ces qualités existent à l'état de potentiel. L'homme n'a au départ qu'une vie biologique consacrée à la satisfaction des besoins naturels et n'a pas encore déployé la dimension spirituelle propre à l'existence humaine. Cela nous indique que l'homme ne naît pas homme mais il le devient. C'est le rôle de l'éducation d'humaniser l'homme. Éduquer un enfant c'est l'arracher à une vieexclusivement naturelle pour l'aider à développer ses aptitudes humaines. L'éducation n'est possible que parce que les hommes ne sont pas complètement déterminés par la nature. Les hommes ne sont pas gouvernés par l'instinct, c'est pourquoi on peut leur apprendre à se gouverner par eux-mêmes. L'indétermination de l'homme à la naissance, lui confère une liberté dont l'animal est dépourvu : il peut choisirses actes et inventer sa vie. De la sorte l'homme est perfectible. La perfectibilité est présente aussi bien dans l'individu que dans l'espèce humaine. Pour cette raison l'homme peut développer une culture et s'insérer dans une histoire.
Les hommes étant indéterminés, ils peuvent s'humaniser en suivant un chemin qui n'est pas déjà tracé par la nature. Ils inventent leur humanisation selon des...
tracking img