La delinquance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 56 (13946 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Méthodes des sciences sociales 

La délinquance

Intro :

Modernité : synonyme de progrès et donc de moins de violence. La modernité est aussi culturelle dans la mesure où le processus de civilisation passerait par l’intériorisation des conflits, des tensions, des pulsions…
Norbert élias : la civilisation des mœurs eb 1973 ; idée que nous allons vers le progrès mais conception de progrèsremise en cause à partir de la décennie 1980 ; pour certains, nous assisterions à une crise qui se manifesterait par une montée de violence, de criminalité… > nous serions dc engagé dans un processus inverse à celui du progrès, processus de déclin. Délinquance : problème émergent dans les débats publics... illustration par :
l’augmentation du thème politique de l’insécurité (campagnesélectorales…)
français soumis aux questions de l’insécurité 3 fois plus qu’aux questions d el’emploi par exemple (sondage par la SOFRES).
Place prépondérante dans le débat présidentiel

► réelle augmentation de la délinquance
(ex : le 1/06/2008, la population pénale française a atteint un record : 67 000 personnes ! càd x2 en 30 ans ; +30% en 5 ans)

de quelle insécurité parle t-on ?
insécurité civileprincipalement (même si plein d’autres sortes).

Comment se mesure la délinquance ?
Comment s’explique-t-elle ?

Crime et délinquance

crime : sens simple et général équivalent de toute infraction à la loi ; tout comportement dont l’auteur est menacé d’une peine par le droit.
délinquance : comportement incriminé par le Droit, qui viole les règles pénales.

[à propos de la sociologie,Bourdieu écrit dans Question de sociologie, rassemblant une vingtaine de conférences abordant de nombreux thèmes de sociologie que la sociologie est une « science qui dérange » dans la mesure où elle bouleverse les idées reçues et que les « gens ont peur de ce qu’ils vont trouver » grâce à elle]

2 axes du cour :
peut-on prendre la mesure de la délinquance ?
comment comprendre cette criminalité ?mesurer la délinquance ; problèmes posés par le comptage

La mesure de la délinquance pose de nombreux problèmes et est sujet à polémique. Chiffres produit par le ministère de l’Intérieur et souvent utilisé pour appuyer des politiques de lutte. Données critiquées pour leur manque de fiabilité et d’analyse.
En fait, il n’existe pas de vision d’ensemble dans une optique comparative. Donnéeséparses, loin d’être homogènes.

Quelle est la fréquence des comportements incriminés par le Droit ?

2 règles principales afin de mesurer : - croiser les sources d’information car chacune a un intérêt mais a aussi ses limites.
- raisonner sur la durée et non sur l’immédiateté ; il faut savoir s’éloigner de l’actualité. Média etpolitique respecte très peu cette règle.

Ch 1 – Les chiffres de la délinquance : production et interprétxxxation

Difficultés du chiffrage :
- délinquance cachée qui ne peut pas être estimée (l’auteur d’un acte illégal a plutôt tendance à disiuler ses actes) ;
- difficulté à définir la mesure (comment se définit la délinquance ? faut-il également comptabiliser les comportements jugésdéviants et pourtant pas incriminés par le Droit ?)
- problèmes techniques avec les méthodes employées, qui induisent un cerati nombre d’erreur.

section 1 – Histoire de la statistique criminelle

§ 1 – les statistiques de la justice (source judiciaire) : la criminalité légale
chiffres produit par la justice : criminalité légale.
constituée de l’ensemble des décisions rendues par les cours ettribunaux français statuant /jugeant en matière répressive.
> résultat de l’activité judiciaire ; rien ne dit que ces chiffres sont conformes avec la réalité criminelle. L’infraction commise n’est pas toujours sanctionnée par la justice. Porte de sortie pour les infractions toutes ne sont pas comptabilisées. (image de l’entonnoir)

§ 2 - les statistiques de la police judiciaire (source...
tracking img