La demande en mariage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1054 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La demande en mariage

En 1888, le naturalisme règne déjà depuis 20 sur la littérature française malgré toutes les attaques. Mais il est remis en cause par beaucoup d'écrivains qui s'en détournent, la fin du mouvement est donc annoncée. Maupassant vient du naturalisme mais envisage dans le manifeste du roman de produire une œuvre romanesque plus fondé sur l'analyse psychologique que sur lesmœurs. Avec Pierre et Jean il semble plus chercher une voix entre roman traditionnel et roman d'analyse psychologique. Dans ce passage, nous assistons à la demande en mariage de Jean lors d'une partie de pêche aux salicoques.

I) Une parodie de demande en mariage romantique

1) Une situation réaliste marquée par le ridicule

On a une situation réaliste avec la partie de pêche qui estreprésentative des plaisirs bourgeois de cette époque. La présence du vocabulaire du corps avec la mention des « mollets », « doigts »et des sentiments évoqués concourent également au réalisme de ce passage. L'emploi du discours direct montre une intention de rendre de façon neutre les paroles des personnages. De plus, la description des gestes « se penchait sur elle »montre l'attachement aux détails vraisqui capte le lecteur et lui annonce qu'il s'agit d'une étude sociale.

Cette situation réaliste apparaît ridicule puisque Jean est un mauvais pêcheur qui « ne trouvait rien », « les pantalons relevés: debout dans la marre [...] ». De plus la déclaration de Jean est brève et mièvre. Lui qui était si joyeux se retrouve vite pris au dépourvu par la réaction froide de Mme Rosémilly que le désir nebouleverse pas.

2) Des personnages à contre pieds

Le récit est en majeure partie à la troisième personne du singulier « il », le narrateur a donc recours à la focalisation interne percevoir la scène à travers le regard et les pensées de Jean. On perçoit la déception de Jean accentué par une répétition de « s'attendait à » et du champs lexical de l'étonnement. Jean est dans la rêverie: lebaiser dans le reflet de la mare indique qu'il est pris dans l'illusion de l'amour. Mme Rosémilly apparaît plus brutale, plus directe car c'est elle qui pose les questions. Elle est froide, n'est pas sentimentale et raisonne « Que vous êtes malavisé de me parler de ça »

Mme Rosémilly formule elle même la demande ne mariage avec « je suppose naturellement que vous désiriez m'épouser » et « luitend sa main encore mouillée ». Or par convention c'est à l'homme que revient de devoir. On voit donc qu'elle s'assimile le rôle de l'homme et vole ainsi le rôle de chef de famille de Jean. Lui, au contraire apparaît féminin, il fait une « coquette comédie » et est soumis comme un enfant « vous n'êtes plus un enfant ». Il est plus dans la douceur relative aux jeunes femmes puisqu'il se déclare avecémotion.

3) Une progression volontairement décevante

La scène commence de façon romantique avec le désir de rapprochement de Jean « frôler » et ses sourires « Jean souriait ». Mais on note qu'il y a de nombreuses ruptures puisque Mme Rosémilly est de mauvaise humeur, elle parle sur un ton plaisant et contrarié. Pourtant les personnages sont à proximité de l'eau, symbole de désir. Leur amourdevrait alors culminer mais ils s'en éloignent progressivement, Ainsi le silence s'installe peu à peu dans leur échange « ils se regardaient au fond des yeux » ce qui laisse transparaitre un malaise. La progression de ce passage va de l'amour à la froideur «  et c'était fini, il se sentait lié, marié » et de la certitude de Jean « je vous aime » au doute « il s'étonnait ».

II) Une satire dumariage bourgeois de son temps

1) Une scène distancier malgré un point de vue interne

Le point de vue est apparemment interne avec la focalisation de Jean mais celui ci est simplement en position d'observateur de Mme Rosémilly « il la suivait pas à pas » qui provoque une sorte de mise à distance de la scène. De plus, le dialogue est entrecoupé par la narration « ils étaient debout...
tracking img