La fin de l'innocence - denise artaud

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2772 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ARTAUD D., La Fin de l’innocence, Levallois-Perret, Armand Colin, 1985, 380 p.

• Introduction :

Denise Artaud, agrégée d'Histoire, docteur ès Lettres, directeur de recherche émérite au CNRS, a enseigné à l'Institut d'Études Politiques de Paris, à la Sorbonne (Paris I et Paris IV), et dans plusieurs Écoles militaires, en particulier au Collège Interarmées de Défense.
Elle enseigneaujourd’hui encore à l’IEP Paris. Elle collabore également à la revue Politique internationale et à la revu Défense nationale.

Elle a publié ou codirigé plusieurs autres ouvrages, parmi lesquels une Histoire des Etats-Unis, Paris, Armand Colin, 1983, en collaboration avec André Kaspi ; L'Amérique en crise : Roosevelt et le New Deal, Armand Colin, 1987 ; Dien Bien Phu, L'Alliance atlantique et laDéfense du Sud-est asiatique, La Manufacture, 1989 ; Les États-Unis et leur arrière-cour, Hachette Littérature, 1995, 602 p., traitant particulièrement des relations des EUA au Nicaragua depuis 1960 ; ou encore L’Amérique des néo-conservateurs : l’Empire a-t-il un avenir ?, Ellipses marketing, 2004, 184 p.

Elle a également publié deux « Mémos », peut-être plus synthétiques et pédagogiques, doncplus accessibles pour le public non initié.

Chacun de ces ouvrages traite de la politique étrangère et nationale des EUA à différents moments du XX siècle voire, pour le dernier, jusqu’au début du XXI siècle, en l’espèce l’année 2004.
Dien Bien Phu, l’Alliance atlantique et la Défense du Sud-est asiatique se concentre sur lacrise dans les rapports entre la France et les EUA depuis la chute deDien Bien Phu en 1954.
Les Etats-Unis et leur arrière-cour traite pour sa part particulièrement des relations des EUA avec le Nicaragua depuis les années 60.
L’Amérique des néo-conservateurs : l’Empire a-t-il un avenir ?, plus récent, se focalise sur le rôle joué par les néoconservateurs dans la politique de puissance américaine : l’auraient-ils poussé trop loin, au point d’ébranlé les structuresfondamentales de l’Empire américain ?

Aussi est-il remarquable que la plupart des ouvrages qu’elle a écrits ou auxquels elle a participés s’attachent à allier la situation intérieure des EUA à leur politique étrangère. De même qu’elle analyse dans deux de ses ouvrages les relations internationales sous un angle essentiellement bilatéral, à savoir, pour l’un, les relations entre la France et lesEtats-Unis et, pour l’autre, entre le Nicaragua et les Etats-Unis. La Fin de l’innocence présente dès lors cela de particulier que l’ouvrage analyse la politique étrangère des EUA dans sa plus grande généralité, sans pour autant tomber dans la simplicité, loin de là.

La Fin de l’innocence analyse « les EUA de Wilson à Reagan », comme le précise le titre complémentaire. Résumer brièvementl’ouvrage dans son fond apparaît dès lors bien impossible, tant la période proposée est vaste. Il est toutefois possible d’en présenter les grandes lignes, notamment en discutant les choix opérés par l’auteure au sujet des différents chapitres. L’ouvrage est composé d’une introduction, de 9 chapitres, d’un épilogue, d’une orientation bibliographique, d’un index, de cartes, et naturellement d’une table desmatières.
L’auteure va tenter, au cours de l’ouvrage, d’expliquer le destin fulgurant des EUA, de leur rapide accession aux responsabilités mondiales à leurs difficultés des années 1980. Sa thèse y est simple, à savoir que l’Amérique (les EUA) n’est pas si innocente qu’elle le pense, et cela dès ses origines, parce qu’ « elle porte la marque bénéfique de son époque ».
Aussi pourrait-on revoirle titre « la fin de l’innocence » en pensant qu’il aurait été plus opportun d’écrire « l’illusion de l’innocence ». Artaud n’aurait-elle pas pris le soin de faire une distinction ? Il convient d’en douter puisque l’ouvrage poursuit en réalité deux dynamiques : il tient à affirmer, d’une part, et dès l’introduction, que l’Amérique n’a jamais été innocente et tient à démontrer, d’autre part,...
tracking img