La fonction de consommation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4841 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1. La fonction de consommation
Plan suivi : 1. Définitions élémentaires 2. L’évolution de la consommation des ménages en France 3. Structures de la consommation et coefficients budgétaires 4. Propensions à consommer et lois d'Engel 5. La fonction de consommation keynésienne 6. Approches alternatives 6.1. Effet de démonstration 6.2. Consommation ostentatoire 6.3. La théorie du cycle devie

1. Définitions élémentaires La consommation des ménages est, avec l'investissement, l'une des composantes fondamentales de la demande globale. Elle en représente même la composante majeure à la fois par son volume (environ 60 % du PIB) et par sa relative stabilité. Dans son acception courante, la consommation désigne la quantité d'un bien ou d'un service qui, par usure ou destruction,concourt à la satisfaction d'un besoin humain. On parle de consommation productive lorsque l'usage de biens, autres que les biens de capital fixe, et de services marchands contribue à la production d'un autre bien (ou d'un service) : il s'agit alors de consommation intermédiaire1. On parle de consommation finale lorsque l'usage satisfait directement les besoins individuels ou collectifs des agentséconomiques, sans qu'il y ait eu détour productif. La consommation finale totale, généralement appréhendée au niveau d'un pays, réunit les dépenses de consommation des ménages et la consommation finale des administrations publiques (APU)2 et des institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM). Dès lors, on oppose consommation privée, associée aux comportements privatifs des ménages et desISBLSM, et consommation publique, associée aux comportements des APU.

1 2

Ceci doit normalement être acquis car déjà vu dans le cours de Systèmes Economiques au Semestre 1. On considère que les APU ont une dépense de consommation finale lorsque les services collectifs qu’ils produisent ne sont pas individualisables.

1



La dépense de consommation finale des ménages (DCF) comprend,selon l'Insee, trois éléments : • l'ensemble des dépenses supportées directement par les ménages ayant permis

l'acquisition de biens (hors le logement qui représente un bien d'investissement à caractère patrimonial) et services marchands ; • les biens et services produits par les ménages pour eux-mêmes3: autoconsommation

agricole, loyers imputés que les ménages propriétaires de leurrésidence principale se versent implicitement, services domestiques ayant occasionné le paiement du personnel domestique ; • la part des dépenses de santé, d’éducation, de logement, restant à la charge des ménages

après remboursement éventuel4. La consommation finale effective permet d'avoir une vue de l'ensemble de la consommation des ménages. C'est la somme de la dépense de consommation finale desménages (DCF) et des consommations individualisables incluses dans la dépense de consommation finale des APU et des ISBLSM : il s'agit des services non marchands dont les bénéficiaires peuvent être précisément définis (enseignement, santé, action sociale, services récréatifs ou culturels).

2. L’évolution de la consommation des ménages en France Pendant les années 1950, le volume de consommation aévolué en moyenne au même rythme que le pouvoir d’achat du revenu des ménages : +4,5% par an. Il en a été de même dans les années 60, les rythmes de hausse s’accentuant encore : +5,5 % par an. La crise n’a érodé que très lentement cette tendance lourde : le taux d’épargne (rapport de l’épargne des ménages à leurs revenus) a un peu fléchi dans les années soixante-dix de façon concomitante aufléchissement du rythme de croissance de la consommation (plus 23 % entre 1973 et 1981). Mais la hausse de la consommation des ménages dans les années 1980 (plus 22 % de 1981 à 1989) n’a pu se poursuivre qu’au détriment du taux d’épargne (moins de 12 % en 1990) et grâce à l’endettement qui débouchera sur la loi Neiertz du 31 décembre 1989 pour en corriger les excès (mise en place de « commissions de...
tracking img