La litterature africaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1645 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
George Orwell Littérature et totalitarisme

Causerie diffusée par le service d'outre-mer de la B.B.C. ; parue dans le Listener du 19 juin 1941

J'ai dit, au début de ma première causerie que notre époque n'était pas propice à la critique littéraire. Notre époque est celle de la partialité et non du détachement, c'est une époque où il est particulièrement difficile de reconnaître des mériteslittéraires à un livre dont on ne partage pas les conclusions. La politique — au sens le plus général du terme — a envahi la littérature à un degré rarement atteint, et cette circonstance nous a fait prendre conscience de l'éternel conflit entre l'individu et la communauté. C'est en considérant la difficulté qu'il y a à faire un travail critique honnête et impartial en un temps comme le nôtre qu'oncommence à comprendre ce qui menace l'ensemble de la littérature dans la période qui vient. Nous vivons une époque où l'individu autonome est en train de disparaître — mieux vaudrait peut-être dire : où l'individu cesse d'avoir l'illusion d'être autonome. Mais dans tous nos discours sur la littérature et (en particulier) sur la critique littéraire, nous tenons, sans même y penser, l'existenced'une individualité autonome pour acquise. Toute la littérature européenne moderne (je parle de la littérature des quatre derniers siècles) repose sur la notion d'honnêteté intellectuelle, ou si vous préférez sur la maxime shakespearienne « Sois [1] fidèle à toi-même ». La première chose que nous demandons à celui qui écrit, c'est de ne pas nous raconter de mensonges, de nous dire ce qu'il pensevraiment, ce' qu'il ressent vraiment. Le plus grand reproche qu'on puisse faire à une œuvre d'art, c'est d'être insincère. Et cela vaut plus encore pour la critique que pour la littérature créative, où l'on admet une certaine part de pose et d'affectation, voire de pure et simple mystification, dès lors que l'auteur est fondamentalement sincère. La littérature moderne est avant tout une affaireindividuelle. C'est l'expression véritable de ce qu'un homme pense et ressent, ou ce n'est rien. Je disais donc que nous tenions cette notion d'individu autonome pour acquise. Pourtant, dès qu'on essaie de l'expliciter, on découvre à quel point la littérature est menacée. Car nous sommes entrés dans l'ère de l'Etat totalitaire, qui ne laisse et probablement ne peut laisser à l'individu quelque libertéque ce soit. Quand on parle de totalitarisme, on pense aussitôt à l'Allemagne, à la Russie, à l'Italie, mais je crois qu'il faut regarder les choses en face et considérer que ce phénomène pourrait bien devenir universel. Il est évident que les jours du capitalisme sauvage sont comptés et que, de proche en proche, tous les pays en viennent à adopter une économie centralisée que chacun peut appeler,selon ses goûts, socialisme ou capitalisme d'Etat. En conséquence, la liberté économique de l'individu et, dans une large mesure, la liberté qu'il a de faire ce qu'il veut, de choisir son travail, de se déplacer à sa guise sur toute la planète, sont vouées à disparaître. Mais, jusqu'à une date récente, on ne voyait pas clairement tout ce que cela impliquait. On n'avait pas vraiment compris que ladisparition de la liberté économique aurait des répercussions sur la liberté intellectuelle. Le socialisme apparaissait généralement comme une sorte de capitalisme plus en accord avec la morale. L'Etat allait prendre en charge votre vie économique et vous délivrer de la peur, de la misère, du chômage, etc., mais il n'aurait pas à intervenir dans votre vie intellectuelle. Les arts s'épanouiraientcomme au temps du capitalisme libéral et seraient même encore plus

florissants, car l'artiste ne serait plus soumis à la contrainte économique. Mais aujourd'hui, il faut bien se rendre à l'évidence et reconnaître que ces idées ont été réfutées par les faits. Le totalitarisme a étouffé la liberté de pensée à un point encore jamais vu. Et il importe de comprendre que sa mainmise sur la pensée...
tracking img