La mise en place de l'absolutisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1127 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Séance 6 : la mise en place de la monarchie absolue

Absolutisme : il est né avec la mort d’Henri IV qui a tout fait basculer. Cela se suit par une époque trouble dans laquelle l’Etat n’est plus très bien gouvernée. Marie de Médicis gouverne la régence. Cela réveille l‘hostilité des grands qui demandent des places, des terres, des ratifications. Elle va demander la quasi-totalité du service del’Etat. Bodin, Loysel et Bossuet sont les principaux penseurs de l’absolutisme.

Enregistrement des normes royales : chaque juridiction appréciait les textes royaux et les enregistrer. Le tribunal accepte et la loi est publiée dans son ressort territorial ou le tribunal refuse d’accepter.

1. Le point de vue protestant. Jalons pour une synthèse

Distinction : clivage religieux et lerapport de l’argent. Les protestants veulent reformer contre les abus de l’Eglise. Ils veulent une Eglise qui soit compréhensif envers le peuple et une Eglise qui soit comprise. Luther et les protestant voudront une bible traduise en français, en Allemand… Luther ne veut plus de luxe dans le fonctionnement du clergé. Il ne veut plus la vente des indulgences contrairement aux catholiques. Lesprotestants ne veulent pas d’un Pape, d’un clergé.

Les catholiques vont considérer l’argent comme un outil de corruption contrairement aux protestants. Pour les catholiques, l’argent doit servir d’investissement sinon il ne sert à rien. Les catholiques pensent que si l’on prête de l’argent, on ne doit pas demander d’intérêt. Les protestants pensent que l’intérêt est justifié. La banque est une créationprotestante.

2. Le point de vue catholique Bodin, Loysel et Bossuet

- Jean Bodin (Liv. I, ch. 9) : les rois, les princes ne peuvent être sous le commandement de quelqu’un car ils sont à la tête de tout. Ils peuvent faire des lois et les abolir et ne sont pas soumis à ses lois qu’ils font, ils peuvent en être dispensé. Le prince souverain fait les lois pour de bonnes raisonsmais les lois ne dépendent que de lui et de son envie de les faire ou non, de les faire appliquer à qui bon lui semble.



I- Un pouvoir absolu concentré

A- La souveraineté : absolue et perpétuelle

B- Le roi législateur : « le roi peut donner et casser la loi »

II- Les limites de la souveraineté

A- Les cadres juridiques : le droit naturel,les lois fondamentales…

A-Loysel (liv. prel., tit. II, 2) : le mot monarque (mono= un seul) à lui seul exprime le caractère unique. En effet, le mot ‘’monarque’’ (mono : un seul) à lui seul exprime ce caractère unique. Puisqu’il est le seul à gouverner, seules les lois qu’il propose sont applicables, sans opposition de quiconque, à tous ses sujets (l’un des principaux droits de la majesté etautorité du roi est de faire des lois et ordonnances générales pour la police universelle de son royaume).

(Liv. I, tit. I, 19) : le roi veut, la loi l’ordonne. Le droit de faire les lois appartient sans dépendance ni partage au roi. Les Capétiens, à partir de Louis IX, se rattachèrent à la tradition romaine; c'était l'époque où le Droit romain commençait à être étudié avec ardeur; les légistesrépandirent dans la société les maximes les plus favorables au pouvoir absolu, et travaillèrent à subordonner les nobles, le clergé et les communes, à ce pouvoir public, général, qu'on nommait royauté. Le roi devint la loi vivante, et la jurisprudence formula cet axiome : « si veut le roi, si veut la loi ».

- J-B Bossuet (Ière proposition : l’autorité royale est sacrée) : les rois sontreprésentés comme « étant les représentants de la majesté divine ». Le pouvoir du Roi, son Droit de faire la loi dans le monde des hommes lui vient de Dieu, et il doit suivre la voie qui lui a été prescrite. Ainsi, toute atteinte aux édits royaux est une atteinte à Dieu. Cela permet au roi de légitimer son pouvoir.

(IIème proposition : la personne des rois est sacrée) : attenter au roi est un...
tracking img