La peste-dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1206 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’œuvre que nous allons étudier, s’intitule « La Peste » et a été écrite par Albert Camus en 1947. Le livre donne une vision apocalyptique de la vie et de la mort sous la peste. Face à ce mal, chacun se bat comme il le peut, avec les armes qu'il possède. Chaque personne joue un rôle important, aucun n’est à délaisser même ceux que l’on rencontre seulement pendant quelques pages. C’est pourquoinous allons voir dans un premier temps en quoi les personnages illustrent la vie et les questions qu’elle pose. Nous verrons également, que les personnages nous proposent aussi une leçon de solidarité humaine et que cette solidarité humaine permet de surmonter le tragique de l’existence et son absurde.
Oran devient la métaphore d’une prison, un espace d’enfermement total et progressif. Chaquepersonnage de l’œuvre représente, illustre une partie de la vie et les questions qu’elle pose. C’est le récit du docteur Rieux, personnage principal, chroniqueur et narrateur (nous le savons seulement à la fin) qui vient donner une autre tonalité à ce récit de malheur et de souffrance. Rieux est un des personnages qui va nous faire le plus réfléchir. Il représente une philosophie de la vie. Il gardel’espoir de transformer le monde, les hommes malgré l’absurdité du monde. Il illustre la lutte, le courage, la rationalité. Rieux veut secourir les hommes abandonnés d’un Dieu qui pour lui n’existe pas. Il se demande « Quel Dieu peut faire cela ? » Grâce à la révolte, il refuse l’absurde de la vie, il se bat dans l’espoir de trouver la tendresse humaine. Il sait, ce qu'il faut faire, c'est-à-direfaire son travail correctement, « honnêtement ». « Rieux avait seulement connu d'avoir connu la peste et de s'en souvenir, d'avoir connu l'amitié et de s'en souvenir. Tout ce que l'homme pouvait gagner au jeu de la peste et de la vie, c'était la connaissance et la mémoire. Une chaleur de vie et une image de mort, c'était cela la connaissance. ». Rieux, dans la galère de la peste va tisser des liensd’amitié avec des autres gens qui n’ont rien d’extraordinaire si ce n’est leur individualité propre. Rieux, comme un peu tous les personnages, ont en commun de représenter l’amitié. Tous les personnages sont significatifs pour Rieux ; ils signifient toujours quelque chose par leurs actes, leurs paroles et à ses yeux toutes les formes de lutte se valent.

Un autre personnage intéressant est Tarrou.Tarrou est croyant, il veut offrir son combat à Dieu. Il lutte depuis tout petit contre la condamnation à mort et affirme « tout connaître de la vie ». Il souhaite tout simplement savoir comment faire pour être un Saint. Il représente une lutte juste mais il représente aussi l’interrogation que tous les hommes ont. Il va avoir une grande amitié avec Rieux. Cette amitié est emblématique de l’amitiéfraternelle entre les hommes. Seule la solidarité, l’amitié pourront sortir les hommes du fléau. Donner un sens au monde par son action, par sa lutte. Le monde aura du sens parce qu’il y a l’amour, la solidarité. C’est par son action, que l’homme peut lutter.

Le père Paneloux, prêtre du récit est tout également intéressant. Nous pouvons le caractériser comme étant le « contraire » du docteurRieux. Rieux lui représente la science, quant à Paneloux lui représente la religion, la foi. Les premiers mots du prêche du prêtre était « Mes frères, vous êtes dans le malheur. Mes frères, vous l’avez mérité ». Et lors du dialogue entre Paneloux et Rieux, le docteur devant l’enfant agonisant rétorque « Celui-là était innocent, vous le savez ». Cela souligne bien la petite « opposition » qu’il y aentre les deux personnages. Paneloux porte un regard triste et torturé sur le monde. Il représente Dieu, la foi mais il représente aussi la fidélité à ses idées, même si elles sont dérisoires et pas très aimées par les autres. « Lui, pourtant était innocent »! Paneloux explique à Rieux, l'incroyant, qu'il faut toujours aimer le Dieu qui autorise pourtant la souffrance des enfants. Un peu...
tracking img