La philosophie de l'histoire et son contemporain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1612 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La philosophie de l’histoire mène à réfléchir sur le sens et les intentions du devenir historique. C’est une Métaphysique de la destinée humaine saisie au miroir du devenir de l'humanité, une interprétation du cours des événements en fonction d'une vision du monde et d'une idée de l'homme. Elle s’exprime sur le sens de l'Histoire. Deux écoles de pensée s’opposent sur ce sujet, l’une qui nietoute idée de finalité ou de détermination en affirmant «l’absurdité » de l’histoire, fruit du hasard et de l’imprévu, et l’autre qui affirme au contraire, qu’elle obéit à un schéma préfabriqué, qui est peut être déterminé à l’avance et auquel nous ne pouvons pas interférer, ni modifier le devenir. Notre principale difficulté, vient de la peine que nous avons à penser de façon rationnelle de qui sepasse dans le temps. Le devenir se plie difficilement aux exigences de la raison. Cependant il garde toujours quelque chose d’irrationnel, que se soit sur l’apparition de l’évènement pur ou le mystère de l’avenir au caractère imprévisible. Or le propre de l’histoire c’est d’étudier l’homme et l’humanité dans leur condition temporelle. L’explication historique rencontre alors de sérieux obstacles.Que nous propose-t-elle ? D’éclairer le passé. Mais comment comprendre le passé ? Le présent permet d’éclaircir le passé, tandis que le passé explique, à son tour, le présent.  Présent et passé s'expliquent donc l'un par l'autre et nous tournons dans un cercle redondant. Le présent sera alors vraiment compris quand il sera devenu le passé, son propre passé, dans le recul que nous aurons au fur età mesure des années par rapport aux évènements. Alors nous pouvons peut être soulever l’hypothèse, que pour être compréhensible, l'histoire du présent devrait précéder l'histoire du passé et de plus, comble du paradoxe, l'histoire de l'avenir devrait précéder celle du présent. Toute philosophie de l’histoire se résulte être difficilement concevable, qui pourrait prétendre pouvoir définir de manièrecertaine le devenir historique. Une philosophie de l'Histoire, quelle, qu'elle soit, fait comme si l'histoire était achevée, et que la courbe de l'humanité est définitivement tracée, si bien qu'on peut connaître à l'avance sa fin et sa parfaite trajectoire. Or il ne faudrait pas oublier que l'Histoire est l'explication inachevée et constamment remanié d'une réalité elle-même incomplète et jamaisfermée, parce qu'elle existe continuellement dans le temps : le devenir historique. Nous pouvons en déduire que la connaissance de la totalité historique nous est difficile sinon interdite. Ces questions nous intéressent car nous sommes tous dans cette classe, des êtres historiques essayant de connaître leur propre histoire. Et l’histoire nous permet de mieux comprendre l’art et son évolution.Doit-on renoncer à toute philosophie de l'Histoire? Je ne le pense pas mais il faut prendre conscience que la philosophie de l'Histoire est liée à des positions d'ordre métaphysique sur : le temps, la liberté, le sens de l'évolution, la signification générale de la vie humaine. Il faut en prendre pleinement conscience et alors, seulement, on aura le droit d'être, avec lucidité, partisan de la visionchrétienne, hégélienne ou marxiste des choses. On le sera en sachant qu'on y engage toute une métaphysique.

Qu’impliquerait le fait que toute histoire soit histoire contemporaine ? Peut-on accepter une telle délimitation? Les faits passés ne peuvent-ils prendre leur sens que par rapport au présent ? Et celui-ci étant en perpétuel changement (le présent ne peut rester le présent, il setransforme obligatoirement en passé), comment alors concevoir qu’il puisse y avoir une histoire ? L’historien cherche à affirmer l'extrême objectivité de sa discipline. Il veut établir des certitudes, etc. Or, l’interprétation de cette phrase, c'est que, à chaque fois qu'un historien fait de l'histoire, il nous enseigne plus sur son présent à lui que sur le passé qu'il étudie. Par exemple, les...
tracking img