La photographie argentique: le calotype

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2924 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1) Sensibilisation…

La première étape de la préparation du négatif en vue de la réalisation d’un Calotype est la sensibilisation du papier. Cette étape regroupe deux phases qui sont la nitratation et l’ioduration.

• Nitratation :
Cette phase nécessite une solution de nitrate d’argent créée par l’introduction de g de nitrate d’argent solide dans mL d’eaudistillée. Le nitrate d’argent ayant une solubilité de 2340g/L dans l’eau à 25°C il se solubilise très facilement dans l’eau selon la réaction :
AgNO3(s) = Ag+ +NO3-

On obtient donc une solution de concentration mol.L-1 dont il faut enduire la feuille de papier à l’aide d’un pinceau fin en faisant attention à ne pas croiser les traits puis on le laissesécher dans l’obscurité.
Lors de la réalisation pratique de cette étape en salle de TP nous avons du nous placer a la lueur d’une bougies afin d’éviter que la solution ne s’altère. En effet, les ions argents sont très sensibles à la lumière et en particulier aux couleurs de radiations courtes telles que le violet ou le bleu ou à la lumière blanche et moins au rouge, jaune, orangé ou vert ce quiexplique pourquoi les photographes professionnels utilisent des lampes à lumière rouge dans leurs laboratoires. Nous ne disposions que de bougies pour nous procurer de la lumière rouge-orangée. Nous avons du de plus prendre de nombreuses précautions lors de l’utilisation de ce produit car il est corrosif et irritant aussi bien pour la peau que pour les vêtements. Il a donc été nécessaire de porterune blouse, des lunettes et des gants que nous avons changés toutes les 10 minutes.

• Ioduration :
L’ioduration se fait par immersion de la feuille de papier à photosensibiliser dans une solution d’iodure de potassium à mol.L-1. Cette solution est obtenue par dissolution de g d’iodure de potassium dans mL d’eau distillée. Cette dissolution aussi se fait sans problèmecas ce produit est fortement soluble dans l’eau (sa solubilité dans l’eau à 20°C est de 1430g/L) et suit la réaction :

KI = K+ + I-

Le papier est alors sensibilisé.
Lors de l’exposition du papier à la lumière celui-ci est bombardé de photons provenant de la partie éclairée de l’objet projeté. Le papier est à ce moment couvert de cristaux d’iodure d’argent.Certains des photons sont absorbés par les cristaux. A ces endroits il se forme une association d’un électron et d’un trou d’électron. Cela libère l’électron qui va être capté par un ion Ag+ qui sera alors réduit selon la réaction :

Ag+ + e- = Ag(s)

Il en est de même pour le cristal d’iodure de potassium qui est réduit selon la réaction :I- = I + e-

Sur le papier il se produit donc la réaction d’oxydoréduction :

Ag+ + I- = Ag(s) + I

Pour récapituler, on a lors de cette étape, la réaction :

AgNO3 + KI = AgI +KNO3

Lors de la manipulation nous avons trempé le papier sec enduit de nitrate d’argent dans la solution d’iodure de potassium pendant une a deuxminutes puis l’avons placé dans un cristallisoir plein d’eau distillée pendant au moins 5 minutes. Mais le fait d’être dans l’obscurité complique la manipulation du papier (rendu fragile à cause des différentes solutions dans lesquelles il a été trempé) qui s’est déchiré. Pour solutionner ce problème nous avons recommencé la manipulation en fixant le papier sur une plaque de plastique pour plus derigidité.
On le laisse ensuite sécher à la chaleur de la bougie.
Nous avons ensuite exposé le papier à la lumière grâce a un dispositif optique incluant une chambre noire qui sera expliqué ultérieurement.

2) Le développement…

Il s’agit ici de faire apparaître l’image. En effet, lorsque l’on expose le papier à la lumière, il reste vierge. Pour cela nous avons utilisé deux...
tracking img