La premiere encyclopedie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4351 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher

Page de titre du premier tome, paru en 1751
L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers est une encyclopédie française, éditée de 1751 à 1772 sous la direction de Diderot et D’Alembert.
Il s’agit d’unouvrage majeur du XVIIIe siècle. D’abord parce qu’elle est la première encyclopédie française. Ensuite, par la synthèse des connaissances du temps qu’elle contient, elle représente un travail rédactionnel et éditorial considérable pour l’époque. Enfin, au-delà des savoirs qu’elle compile, le travail qu’elle représente et les finalités dont la chargent ses auteurs deviennent un symbole de l’œuvredes Lumières, une arme politique et, à ce titre, l’objet de nombreux rapports de force entre les éditeurs, les rédacteurs, le pouvoir séculier et ecclésiastique.
Le recensement et le dénombrement des contributions de la « société de gens de lettres » à l’origine de l’Encyclopédie fait l’objet d’un article distinct : Encyclopédistes.
Il est aujourd'hui possible de consulter l'Encyclopédie deDiderot et d’Alembert sur Internet, notamment sur le site d'Analyse et traitement informatique de la langue française (ATILF).
Sommaire * 1 L’aventure éditoriale * 1.1 1743-1750 : l’origine du projet * 1.2 1751 : parution du premier volume * 1.3 1752-1753 : première interdiction * 1.4 1759 : seconde interdiction * 1.5 1762-1765 : achèvement du texte * 1.6 1765-1772 :fin de la publication * 1.7 1776-1780 * 1.8 Après 1776 * 2 L’aventure économique * 3 L’esprit encyclopédique * 3.1 Esprit philosophique * 3.2 Esprit scientifique * 3.3 Esprit critique * 3.4 Esprit bourgeois * 3.5 Structuration * 4 Les sources de l’Encyclopédie * 5 Réception de l’Encyclopédie * 6 Principaux contributeurs * 7 L’Encyclopédie en chiffres* 8 Détail de la publication * 9 Annexes * 9.1 Bibliographie * 9.2 Liens externes * 10 Notes et références * 11 Liens internes |
[modifier] L’aventure éditoriale
[modifier] 1743-1750 : l’origine du projet
À l’origine, l’Encyclopédie ne devait être que la traduction en français de la Cyclopædia d’Ephraïm Chambers (1728). La France ne possédait alors aucun ouvrage de ce genre,les métiers et les arts mécaniques étant tenus pour mineurs. La traduction avait été commandée par l’éditeur parisien André Le Breton en 1743 à John Mills, un Anglais qui vivait en France. En mai 1745 Le Breton annonça l’ouvrage comme bientôt disponible à la vente, c’est pourquoi il fut stupéfait d’apprendre que Mills n’avait pas accompli le travail dont il était chargé : en fait, c’est à peines’il savait lire et écrire le français et il ne disposait même pas d’un exemplaire de la Cyclopædia. Ainsi escroqué Le Breton agressa physiquement Mills avec une canne. Poursuivi en justice pour coups et blessures par ce dernier, Le Breton fut acquitté, en raison des circonstances.
S’étant mis en quête d’un nouveau rédacteur en chef, Le Breton engagea l’abbé Gua de Malves qui recruta, entre autres,le jeune Étienne Bonnot de Condillac, Jean le Rond d'Alembert et Denis Diderot. Au bout de treize mois, en août 1747, Malves fut renvoyé en raison de ses méthodes trop rigides et Le Breton prit comme nouveaux rédacteurs en chef Diderot et d’Alembert qui, le 16 octobre 1747, furent officiellement placés à la tête d’un projet de rédaction d’une encyclopédie originale. Diderot devait garder cettecharge pendant les 25 années suivantes et voir l’Encyclopédie achevée.
Sous leur impulsion, ce modeste projet prit rapidement une tout autre ampleur avec un désir de synthèse et de vulgarisation des connaissances de l’époque ; le Prospectus destiné à engager les souscripteurs, rédigé par Diderot, fut publié à 8 000 exemplaires en novembre 1750.
[modifier] 1751 : parution du premier volume...
tracking img