La presse gratuite

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1533 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA PRESSE GRATUITE

I – HISTORIQUE

La presse gratuite doit son origine à Marcel Timmers dans la Sarthe : il prend l’initiative, en 1960, de transformer des bulletins paroissiaux en journaux d’annonces dont les frais de fonctionnement sont couverts par la publicité et donne ainsi naissance au «Carillon».
Le succès de ce journal d’annonces incite à la répétition de l’expérience et, dès1978, 18 publications constituent le groupe Carillon.

Le mouvement s’est ensuite étendu aux pays limitrophes : dans les années 60, de nombreux éditeurs, tous indépendants initialement, ont créé des «toutes boîtes» (appellation belge) dans toutes les localités de plus de 20 000 habitants. Ces journaux ont vite été appelés «gratuits» en France, tant le mode de perception (la distribution) aprimé sur le mode de fonctionnement.

Tandis que certains sortent du rang en fondant de véritables groupes ( Paul Dini et Comareg, Claude Léoni et Spir, sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir ultérieurement), d’autres, indépendants, résistent avec succès; ils confirment ainsi le caractère essentiellement local du produit.

Si le nombre de titres de la presse gratuite nemanifeste pas une réelle progression, l’évolution des recettes publicitaires des gratuits témoigne, elle, de l’engouement pour ce mode de communication depuis une quinzaine d’années.

Les causes de ce développement sont multiples:

1. L’augmentation du revenu des ménages pendant les «Trente Glorieuses» qui a favorisé l’explosion du commerce local,

2. La rurbanisation, qui a modeléle partage entre zones urbaines et rurales et redéfini les découpages régionaux, exigeant une communication adaptée,

3. L’évolution de la réglementation publicitaire, qui a exclu les annonceurs locaux du champ des médias audiovisuels, (pour rappel la radio n’a été autorisée à diffuser de la publicité localement qu’en 1984)

4. L’inadaptation de la presse quotidienne régionale auxbesoins des annonceurs locaux par application d’une politique tarifaire inadéquate.

II – LES DIFFERENTS TYPES DE PRESSE GRATUITE

Les gratuits se divisent en deux catégories principales qui se regroupent sous l’appellation «toutes boîtes» ou «généralistes» :

Les gratuits de formation (ou de finalité) dont la vocation initiale est de constituer des supports valables de publicité localeindépendamment de la presse d’information. Ils disposent d’une autonomie de développement et d’une formule très typée. (ex : Bonjour)

Les gratuits de complémentarité générés par des entreprises de presse nationales, régionales ou départementales pour servir de compléments aux quotidiens d’information. Leur politique commerciale est très liée à celle des journaux dont ils dépendent, et les couplagespublicitaires y sont fréquents.

D’autres publications viennent se greffer à l’univers des gratuits. C’est le cas notamment :

- des journaux d’informations distribués gratuitement, (ex : France Soir)

- des suppléments gratuits des journaux payants, (ex : Figaro Magazine)

- des «in flights» (journaux d’accompagnement) type Parcours pour Air Inter ou Grandes Lignes pour la SNCF trèsciblés,

- des gratuits événementiels publicitaires,

- des journaux professionnels envoyés d’office aux membres d’une profession ou gratuits d’association envoyés aux adhérents, (exemple: revue Mercedes)

- des gratuits de consommateurs - catalogue des chaînes de distribution.

Ces publications s’assimilent effectivement à des gratuits puisqu’ils accordent la

primauté à la gestiond’espaces publicitaires et leur distribution s’effectue gratuitement pour des lecteurs plus ou moins ciblés.

III – LES PRINCIPAUX ACTEURS DU MARCHE DE LA PRESSE GRATUITE HEBDOMADAIRE

Le marché de la Presse hebdomadaire Gratuite est un marché à forte concentration : en France, bien que le secteur compte environ 500 titres, ils ne sont que trois à se partager l’essentiel du marché.
La Comareg...
tracking img