Le blason de maurice seve

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1188 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le texte qui va suivre est le discours tenu par Bonnemort , mineur le plus âgé du Voreux , qui tente de dissuader les autres mineurs de faire cette grève pour diverses raisons en s’appuyant sur son passé.

Mes amis , vous voyez , le milieu dans lequel on vit , et bien ce n’est rien comparé à autrefois , aujourd’hui , nous sommes logés , et oui mes amis , autrefois la Compagnie nenous logeait même pas . Estimez vous heureux d’être encore en vie après des années au fond de ce trou , mes deux oncles ont périls dans cette fosse , il y a cent ans ce n’était pas comme maintenant dans ce trou , il n’y avait pas toutes ces machines pour soulever ou pour transporter les tonnes de charbon . Mes oncles portaient les sacs sur leur dos comme un bœuf tirerait sa charrue et ils en sontmorts . Et regardez mes amis je suis encore au fond de ce trou à ce jour et je peux vous dire que ce n’est pas la misère comme avant . Je suis d’accord avec vous compagnons , c’est difficile d’aller tous les matins dans ce trou , c’est toujours aussi dur d’une génération à une autre mais cette grève ne nous en sortira pas . Nous , mineurs , herscheurs et tous les autres sommes pour la Compagnie quedes bêtes s’acharnant à notre travail et il faut se rendre à l’évidence , nous ne pouvons rien faire.
Nous , mineurs , herscheurs , tous autant que nous sommes , contre la Compagnie , nous ne pouvons rien , nous sommes faibles , impuissants , pour eux nous ne sommes que des esclaves. Que l’ont fassent cette grève ou non ,elle aura toujours autant d’argent mais nous , nous n’aurions plusrien. Chers amis, je vais vous parlez des grèves que j’ai vécues auparavant. Bonnemort commença et tout le monde l’écoutait avec attention. « C’était un jeudi , nous nous étions concertés la veille dans la forêt du plan des Dames et avions décidés de ne pas retourné au fond de ce trou qui nous tuais àpetits feux. La Compagnie se rendit compte que nous n’étions pas aller travailler aujourd’hui et décida de ne plus nous laissé la pause pour manger à notre prochain jour de travail. Nous refusions donc d’y retourner après la décision de ces monstres de la Compagnie. La Compagnie décida donc d’arrêter de nous payé nos 56 francs par mois. Face à cela nous décidions de retourné à la tâche car nous nepouvions rien contre la Compagnie , il fallait ce rendre à l’évidence , nous ne pouvions rien faire». Choqué par cela , les mineurs restèrent bouche bée. Bonnemort évoqua alors une autre grève qu’il avait vécue : « C’était un an après la première grève , nous nous concertions toujours au plan des Dames , la nuit , de préférence. Nousnous étions organisé d’avantage , nous avions fais des réserves toute l’année pour pouvoir tenir plus longtemps face aux monstres de la Compagnie. Deux mois après notre grève , nous n’étions toujours pas retourner au fond de ce trou noir qui nous tuerait à la longue. La Compagnie , très mécontente , décidait alors d’envoyé des hommes armés nous chercher. C’était alors une autre guerre quicommençait il fallait fuir le peu que nous avions. Après une semaine de cavale , de fuite , les hommes nous avaient trouvés et ils tirèrent. Cinq d’entre nous furent tués et cinquante étaient blessés. Ont se rendaient alors de nouveau et encore une fois , la Compagnie nous avaient eu et il fallait se rendre à l’évidence , nous ne pouvions rien contre la compagnie». Voilà pourquoi je ne suis pas d’accordavec cette grève.
Sachez mes enfants , que si nous venions à faire cette grève , je n’y survivrait pas , je n’ai plus la force de ne plus manger , de fuir encore ou même de devoir me battre contre les hommes de cette Compagnie qui nous tuera un jour ou l’autre. Mes amis , aurez vous la force de combattre , de ne plus manger. Aurez vous cette force surhumaine de vous battre contre un...
tracking img