Le doute est il favorable a la quête de la vérité

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (253 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Qui ne sait rien ne doute de rien », devenu courante, cette expression regroupe a elle seule le savoir et le doute, ou plutôt l’ignorance et la complaisanceen cette ignorance. Donc à l’inverse on pourrait supposer que cette phrase affirme que douter est une preuve de savoir.
Pourtant quelque chose sonnefaux, dans la conscience commune le doute est synonyme d’hésitation et d’ignorance, donc d’une faiblesse de la pensée mais aussi d’une remise en questionpersonnelle constructive. Quant à savoir si c’est une faiblesse ou non, il y a sûrement un peu des deux.
Le doute est-il de l’ignorance ou une remise enquestion ? L’homme peut-il se passer du doute ? Dans le doute un homme peut il construire sa vie ? Il y a t-il différents types de doutes ? Le doute est-il la seulefaiblesse bénéfique ?
Ainsi le doute reflète une faiblesse de la pensée ; même si il peut être vu comme une évolution nécessaire ; surtout que le douten’est pas la seule faiblesse d’esprit bénéfique.

1. Le doute comme faiblesse de la pensée
a. L’ignorance (histoire de laphilosophie : cultes // préjugés)
b. L’hésitation (manque de confiance en soi - sportifs)

2. Le doute comme remise en question constructivea. L’étonnement et la curiosité ( étonnement pousse à curiosité qui pousse à la recherche : policiers, science, Aristote)
b. La remiseen question (conscience réfléchie et introspection)

3. Les autres faiblesses bénéfiques
a. L’échec
b. La fierté
tracking img