Le droit de vote des femmes en france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6373 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Droit de vote des femmes en France : 1944
Les femmes ont le droit de vote en France depuis le décret du 21 avril 1944 du gouvernement provisoire de la République, présidé par le général De Gaulle. Ce droit de vote aux femmes intervient près de cent ans après l'instauration du suffrage universel masculin, en 1848.
La France n'accorde le droit de vote aux femmes qu'à la fin de Seconde Guerremondiale alors qu'elles pouvaient déjà voter dans de nombreux pays : en Allemagne dès 1919, en Espagne, en Turquie dès 1931. En Grande Bretagne, ce droit a été accordé en deux temps : en 1918, les femmes de plus de 30 ans ont pu voter. Il faut attendre 1928 pour que l'égalité homme/femme lors des élections soit totale. Seuls des pays comme la Belgique (1948) et la Suisse (1971) font mois bien que laFrance
.
Pourquoi la France a-t-elle accordé ce droit si tardivement aux femmes ?
Dès les années 1870, sous la IIIe République, des députés ont proposé l'instauration d'un vrai suffrage universel incluant les femmes. La chambre des députés a voté à plusieurs reprises en faveur du droit de vote des femmes. Mais à chaque tentative, c'est le Sénat qui a bloqué la réforme. Or, sous la IIIeRépublique, aucune loi ne peut passer si le Sénat vote contre. Le principal argument avancé par les sénateurs pour refuser le droit de vote est de brandir la menace de l'Eglise. A cette époque où les relations entre l'Eglise et l'Etat sont tendues, de nombreux sénateurs redoutaient que les femmes soient trop influencées dans leur vote par ce que leur dirait le prêtre. Cette idée montre le rôle des femmesattribué par la société de l'époque : aux hommes les affaires publiques, aux femmes la gestion du foyer.

Les trois premiers pays à reconnaître le droit de vote aux femmes sont :
• la Suède entre 1718 et 1771, puis partiellement à partir de 1862 et de façon complète et définitive en 1919 (avec de premières élections en 1921)
• la Nouvelle-Zélande en 1893 (éligibilité en 1919)
•l'Australie en 1902 (1894 en Australie-Méridionale et 1903 en Tasmanie)
Mais ils sont précédés par des entités territoriales non étatiques :
• le Royaume de France, pour les élections municipales depuis qu'elles existent (à partir du XIIe siècle selon les régions). Disposition abolie en 1791[réf. nécessaire].
• l'État du New Jersey de 1776 à 1807[1]
• Le Bas-Canada (aujourd'hui leQuébec), de 1791 à 1849[2]
• les Îles Pitcairn en 1838
• la province colombienne de Vélez de 1853 à son intégration dans l'État fédéral de Santander[3]
• l'Île de Man en 1866
• le Territoire du Wyoming (États-Unis) en 1869[4]
et par certains États américains :
• Colorado en 1893[5]
• Utah et Idaho en 1896
Suivent en (liste non exhaustive après 1940) :
• 1906 : enFrance Paul Dussaussoy dépose à l'Assemblée nationale le premier projet de loi pour rétablir le droit de vote des femmes aboli depuis la Révolution
• 1906 : Finlande (avec éligibilité égale des femmes et des hommes) et Nouvelles-Hébrides (id.)[6]
• 1913 : Norvège
• 1915 : Danemark (y compris Islande)[7]
• 1918 : Canada (au niveau fédéral, les provinces ayant déjà reconnu le droitde vote au niveau provincial entre 1916 et 1922 mais seulement en 1940 au Québec) et Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande (à partir de l’âge de 30 ans jusqu’à ce que, en 1928, leur statut soit aligné sur celui des hommes, soit l’âge de 21 ans).
• 1918 : Russie soviétique (l'Union soviétique ne fut créée qu'en 1922), Tchécoslovaquie, Pologne et Géorgie
[pic]
[pic]Suffragettes menant un piquet le long des grilles de la Maison Blanche, janvier 1917.
• 1919 : États-Unis (XIXe amendement proposé le 4 juin et ratifié le 18 août 1920), Allemagne (19 janvier 1919)[8], Pays-Bas (éligibilité dès 1917), Luxembourg, Belgique (pour les élections municipales) et de nouveau en Suède
• 1920 : Azerbaïdjan, Albanie, Autriche et Hongrie
• 1921 : Arménie...
tracking img