Le fascisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2645 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le fascisme doit son nom aux Fasci italiani di combattimento (Faisceaux italiens de combat) formés à Milan le 23 mars 1919 par de petits groupes d'anciens combattants et d'anciens militants du syndicalisme révolutionnaire. Le mot fascio a eu une fortune comparable à celle du terme " soviet " : à l'origine, il désignait un groupement et il en vient à désigner un régime et son idéologie. On estpassé d'une structure à une politique. Stricto sensu, le fascisme a été le gouvernement de l'Italie entre 1922 et 1943. Lato sensu, on qualifie de fascistes les régimes politiques ou les mouvements nationalistes et autoritaires qui sont apparus en Europe ou en Asie après la Première Guerre mondiale (national-socialisme allemand, franquisme espagnol, rexisme belge, " francisme" en France...). Sicertaines composantes sont communes à tous ces mouvements, ils présentent aussi des particularités qui appellent une analyse nuancée.

INTRODUCTION

QU'EST-CE QUE LE FASCISME?

1

I) LES COMPOSANTES DU FASCISME A) Le fascisme comme doctrine politique se définit par trois traits :
1) Un nationalisme de crispation et d'expansion
C'est un nationalisme humilié et meurtri apparu dans le sillage dela Première Guerre mondiale : thème du "coup de poignard dans le dos en Allemagne" (l'armée allemande n'a pas été vaincue militairement mais trahie de l'intérieur par la complicité des socialistes, des communistes et des juifs avec l'ennemi); thème de la" victoire mutilée" en Italie (l'Italie n'a pas obtenu tous les territoires qu'elle revendiquait à la Conférence de la Paix; objectivement,l'Italie fait partie des vainqueurs, mais subjectivement, elle n'en a pas le sentiment). Ce nationalisme se propose un double objectif: " renforcer à l'intérieur l'unité et la cohésion de la nation et développer à l'extérieur sa grandeur et sa puissance " (Raoul GIRARDET). Benito Mussolini affirme : " L'expansion des nations est une manifestation de vitalité. " Le nationalisme débouche ainsi sur unexpansionnisme (l'espace vital revendiqué par l'Allemagne; la volonté italienne de faire de la Méditerranée un " lac italien " : Mare nostrum: le slogan japonais "Hakko ichiu" : " le monde entier sous un même toit").

2) Le rejet de la démocratie parlementaire pour trois raisons :

La démocratie est un régime faible qui entretient les divisions. Le multipartisme nuit à l'unité nationale. Ladémocratie est individualiste alors que le fascisme exalte la collectivité (ein Volk). Le fascisme, en accédant au pouvoir, commence toujours par supprimer " tout ce qui différencie, tout ce qui entretient la diversité, le pluralisme " : dissolution des partis politiques, des syndicats, des groupements professionnels. Pour Mussolini, " l'État est l'absolu devant lequel les individus et les groupes nesont que le relatif ". La démocratie est libérale alors que le fascisme est autoritaire (censure, surveillance, internements arbitraires, camps de concentration). Cette autorité s'affirme rapidement (en Allemagne, avec la " mise au pas" à partir des pleins pouvoirs à Hitler, le 23 mars 1933; en Italie, à partir des lois fascistissimes de 1925). Une police toute puissante (Gestapo en Allemagne, Ovraen Italie) traque les opposants et les tièdes.

3) L'aspiration à un nouvel ordre social

Capable de mettre fin à " l'aliénation " des travailleurs. Les fascistes recherchent volontiers des parrainages philosophiques d'extrême gauche (Georges Sorel, l'apôtre de la " violence prolétarienne ", ou Proudhon). Le parti hitlérien s'intitule N. S. D. A. P. Parti national-socialiste des Travailleursallemands. Le fascisme s'affirme socialiste, révolutionnaire (révolution nationale) mais non marxiste : il condamne la lutte des classes qui compromet l'unité nationale. Il organise des oeuvres sociales : dopolavoro en Italie; " Force par la Joie " en Allemagne; la Phalange espagnole tente d'instaurer un .régime dit national- syndicaliste.

B) Le fascisme comme force politique

Le parti...
tracking img