Le roman epistolaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1119 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Roman épistolaire

Issu du succès de la correspondance. A l’origine de la vogue du roman épistolaire, il y a l’importance accordée dès le XVI à la correspondance : lettres, lettres de voyages, lettres d’affaires, lettres galantes. On a conservé les lettres des meilleures épistoliers comme Mme de Sévigné (authenticité et honnêteté, anecdotes et ton familier). Dès 1630 la correspondance setrouva favorisée par la création de la poste publique, et de la Petite Poste dès 1760.
Les plus belles lettres étaient celles qui renonçaient à la perfection argumentative pour se rapprocher de la conversation, recherche du naturel et de l’aisance, de la simplicité.
Correspondance du XVII était empesée par la préciosité et incapable de sincérité, celle du XVIII plus tournée vers le badinage et lepersiflage.
Le XVIII va multiplier aussi les lettres passionnées et pathétiques, le plus souvent de femmes trahies, trompées, abandonnées ou seules mais toutes de bonne extraction : reprise des lettres d’Héloïse à Abélard, Eurydice à Orphée, etc. Les femmes sont supposées exceller dans la correspondance et la sensibilité qui convient pour dire le quotidien et la souffrance, et effectivement laplupart des héros sont des héroïnes (Laclos donnera la parole à 5 femmes).

Lettre 10 :
Le Sopha de Crébillon fils, roman libertin publié en 1740. L’âme du narrateur est enfermée (par une sorte de malédiction) dans un sopha qui passe de femme en femme, et il ne sera délivré, par décret divin, « que quand deux personnes se donneraient mutuellement, et sur [lui], leurs prémices ». Immense succès.Héloïse (1101 – 1164) célèbre pour ses amours avec le théologien Abélard (1079 – 1142), qui fut châtré pour l’avoir secrètement épousée. Entrée au couvent, elle continua à entretenir avec lui une correspondance amoureuse et philosophique.
1669 : Lettres portugaises de Guilleragues racontent une passion malheureuse.
1747 : Lettres péruviennes de Mme de Graffigny
→ lettre sans réponse : un-eépistolier-e, pas de réponse (lettre 40 : Tourvel ne répond pas aux lettres de Valmont.)
1721 : Lettres persanes de Montesquieu.
1748 : Clarisse Harlowe de Richardson (romancier anglais) roman didactique, comment écrire des romans vrais et utiles, le contenu fournissait la morale : how to think and act justly and prudently. C’est à ce moment que le nombre de romans par lettres augmente et devient legenre favori, car exprimant au mieux la subjectivité, la sensibilité et la vérité que le roman du XVII avait refusé au profit de l’invraisemblance et de la fantaisie. Divers éléments renvoient à cette authenticité : le pur présent dans lequel évolue le lecteur des lettres ; la fin s’arrêtant brusquement comme une correspondance interrompue, souvent, pour justifie cette authenticité les auteurs «refusent » la paternité des romans par lettres, les lettres ont été trouvées, remises par hasard. Laclos ira plus loin en opposant par une antiphrase le Rédacteur et l’Editeur , nous ne garantissons pas l’authenticité de ce recueil. Cela peut nous sembler artificiel, mais au XVII c’était le contraire.
1762 : La Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau.
Laclos situe l’action des Liaisons en1769, les protagonistes des L. sont donc encore dans l’aura du succès gigantesque du roman de Rousseau. Mais en ramenant l’action en un temps proche de la parution de l’œuvre à laquelle il emprunte son épigraphe, Laclos tient peut-être un discours critique sur Rousseau.
→ la polyphonie, forme extensive du duo (interlocuteurs parlent en alternance : Valmont-Merteuil, Valmont-Tourvel,Cécile-Danceny). L’auteur doit respecter l’unité de ton ton, de pensée et d’expression de chaque personnage. Variant les émetteurs et les destinataires, donnant à chacun un ton et un style. A l’oreille on reconnaît en effet le style vif de la marquise, le style orgueilleux de Valmont, le chant lyrique de Tourvel, les niaiseries et les fautes de langue de Cécile et Danceny, sans parler de la rhétorique de Mme...
tracking img