Le travail rend-il libre?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (689 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Question « le travail libère-t-il ? » est fortement remise en cause. Nous pouvons prendre un exemple qui nous passe à tous par l’esprit. En effet on peut encore lire à l’entrée de ce qui reste ducamp de concentration et de travail d’Auschwitz une inscription très paradoxale : « Arbeit macht frei » (Le travail rend libre).
Cette phrase placée dans ce lieu d’esclavagisme et de mort, cetteaffirmation paraît ironique, déplacée et profondément révolutionnaire. Cependant, elle nous amène aussi a se poser des questions : au delà du côté redoutable des idées nazis y aurait-il une part de véritédans cette affirmation. Peut-on donc acquérir la liberté par le travail ?
Les nazis parte du principe que pour être libre il faut travailler.
C’est pourquoi dans un premier temp, il sera sansdoute intéressant d’analyser dans quelle mesure le travail et la liberté sont deux choses totalement contradictoire, puis en quoi le travail permet a l’homme de découvrir la véritable liberté.

Letravail et la liberté sont deux valeurs contradictoires. Dans un premier temps car le travail contraint la liberté et dans un seconde temps car le travail est souvent considéré comme une psychose del’homme par l’homme.

A première vue nous pouvons affirmer que le travail contraint la liberté et peut donc engendrer de la souffrance pour l’homme, sa ne semble donc en aucun cas quelque chose delibérateur. Il est vrai que dans la sociétés dans laquelle nous vivons aujourd’hui, l’homme ne ressent que la liberté une fois en vacances ou encore pendant des sorties de week-end. C’est alors que l’ons’aperçoit que le travail règle entièrement notre vie, toute notre vie tourne autour de celle-ci et notre emploi du temp se fait en tenant compte de celui-ci, on peut donc dire que nous sommes entièrementprogrammé et contraint par le travail… L’origine du mot travail suggère l’idée de quelque chose de pénible. Il vient du latin « tripalium » qui désigne un instrument de torture. Sela monte donc...
tracking img