Le triangle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1170 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce soir ou plutôt, suivant la symbolique maçonnique, cet après-midi, je vous propose une planche symbolique sur la symbolique du triangle « maçonnique ». Et comme d’une part, je ne suis qu’au début de mon apprentissage et par conséquent d’un processus d’initiation, et de l’autre pensant que pour beaucoup d’entre vous il s’agit d’un thème récurrent mille fois présenté sous différentes facettes, jeme propose de vous faire partager une réflexion d’initié novice sur les symboles en prenant le triangle comme support, et de traiter le thème de la nature et de qualité des supports symboliques.
Avant d’aborder directement le thème je dois évoquer mes premières impressions sur les symboliques maçonniques. Etant dans un a priori assez méfiant du poids des symboles dans un fonctionnement du mondemoderne (profane), j’ai essayé dès le premier jour de mon initiation de chercher à donner du sens à ces représentations symboliques avant que l’on ne me donne de manière directe. Cette attitude d’interrogation, je l’ai considérée comme un processus d’autoformation et de découverte par l’expérience. Ainsi parmi les symboles les plus utilisés j’ai relevé l’existence de deux principaux types ; lesuns étaient des symboles formels « figuratifs », les autres relevant d’un domaine plus abstrait, certes formels mais nécessitant une attribution indirecte. Le triangle et l’œil illustraient schématiquement ces deux types d’attributs directs. Sans vouloir penser que l’œil est porteur d’une représentation directe univoque et immédiate, je pensais qu’il y avait une différence forte de degré desuggestion entre les symboles plutôt formels comme l’équerre, le livre le compas et ceux qui relevaient des formes que l’on peut qualifier d’”abstrait » pour aller vite. Le triangle est parmi cette seconde catégorie.
Il a ainsi attiré mon attention d’abord par rapport à mon propre expérience et donc système de représentation, m’a interrogé sur le pourquoi de le retrouver ici dans un autre monde et j’aiessayé de rapprocher ces deux mondes de représentations.
Je vous donne rapidement mes deux principales références au sujet du triangle. La première est constituée sur une longue période, celle de la découverte de la magie du théorème dit de Pythagore, et tous les triangles de la géométrie euclidienne, la seule à se donner percevoir et être vécue par l’homme (je m’avance par rapport à mes frèresmatheux compétents). Cette vision magiquement solide (en ses propriétés : le nombre de constituants limités mais stable, la polyvalence, etc.) et le respect que cela m’inspirait s’est consolidé avec mon expérience d’étudiant en architecture qui a découvert lors des premiers cours de statique que la forme constructible la plus stable face aux forces de déstabilisation extérieur était le triangle, quisi les branches individuellement résistaient aux déformations, la forme collective (les angles des sommets essentiellement) résistaient aussi. C’était l’explication de segmentations en triangle des poutres de portée importante. Cela permettait d’augmenter le potentiel des différents éléments de construction tout en réduisant les matières d’œuvre mobilisées.
La seconde est toujours d’inspirationpythagoricienne, en essayant de mieux comprendre les systèmes de musiques orientales et méditerranéennes, j’ai redécouvert encore sans trop y croire au début la puissance du nombre 3 dans cet ensemble des nombres naturels. Ainsi j’ai pu me rendre compte tout le processus d’invention des systèmes musicaux devenus communs à de toutes ces civilisations de l’Océan Indien au pourtour méditerranéen. Ilest sans doute (et j’en suis incapable) impossible de l’évoquer en détail ici, mais je dois dire que le terme « harmonie musicale » ne pouvait pas exister si l’école pythagoricienne n’avait pas insisté sur la puissance du chiffre trois en attribuant la valeur d’harmonique naturelle et universelle à la division de l’octave par trois. Cependant il faut rappeler peut-être que je ne voudrais surtout...
tracking img