"Le vallon" de lamartine. 1er axe de commentaire.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (697 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L-A n°1 : « Le vallon » Lamartine 1820
Méditations poétiques

Alphonse de Lamartine, est un poète et prosateur en même temps qu'un homme politique français. Il représente l'une des grandesfigures du romantisme poétique en France. Ce poète du 19e siècle, appartient au mouvement du romantisme. Le romantisme marque un retour à des valeurs fondamentales : l’individualité, le cœur et lanature. En 1820, il fit paraître sous le titre de Méditations poétiques des poèmes qui le rendirent bientôt célèbre et qui sont considérés comme la première manifestation du romantisme en France. Ces verslyriques, évoquant les inquiétudes amoureuses et spirituelles d'une âme tourmentée, correspondaient à la sensibilité d'un public que les auteurs classiques ne satisfaisaient plus. Lamartine continuad'explorer la même veine lyrique, avec les Nouvelles Méditations (1823), la Mort de Socrate (1823) et le Dernier Chant du pèlerinage de Childe Harold (1825),…
Le poème auquel nous allons nousintéresser est « Le vallon » écrit par Lamartine, publié en 1820 dans les Méditations poétiques. Celui-ci est écrit dans un registre lyrique, avec des strophes en quatrain et des rimes en alexandrins.
Enquoi ce poème peut-il être considéré comme lyrique ?
Nous allons dans un premier temps analyser une élégie romantique pour ensuite étudier le rôle de la nature.

Tout d’abord, nous allons étudier uneélégie romantique. L’élégie est une forme de poème. Elle est considérée comme une catégorie au sein de la poésie lyrique, en tant que poème de longueur et de formes variables caractérisé par son tonplaintif particulièrement adapté à l’évocation d’un mort ou à l’expression d’une souffrance amoureuse due à un abandon ou à une absence. On peut relever un champ lexical de l’amour avec « Mon cœur » ;« détache ton amour» et on a plusieurs anaphores telles que : « trop vu, trop senti, trop aimé » ; « sans bruits, sans nom, sans retour ». Cette figure de style apporte du rythme au poème....
tracking img