Les arts et le devoir de résistance face au fléau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2477 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation :
« Le Docteur Rieux décide alors de rédiger le récit qui s’achève ici, pour ne pas rester de ceux qui se taisent, pour témoigner en faveur de ces pestiférés, pour laisser du moins un souvenir de l’injustice et de la violence qui leurs avaient été faites. »
A partir de cette citation d’Albert Camus en épilogue de son roman La Peste, vous montrerez comment la littérature, mais aussiles autres arts remplissent cette fonction de résistance et de mémoire face aux fléaux, quels qu’ils soient.
Vous vous appuierez sur votre connaissance du roman, mais aussi sur d’autres œuvres (romans, films, tableaux, photographies…) de votre culture personnelle.

« Sachant qu’il n’est pas de causes victorieuses, j’ai du goût pour les causes perdues : elles demandent une âme entière, égale àsa défaite comme à ses victoires passagères. ». Cette âme entière, Camus l’avait, et c’est bien pour cela qu’il fut capable de la prêter à Rieux, le temps d’un roman, le temps de La Peste. Ainsi, au cœur de cette brusque épidémie imaginée par l’auteur en 1947, son personnage sillonne les rues de la grise et triste Oran, mallette en main. Ses instruments ? Une intégrité innée, un sens du devoirimplacable, une humanité sans bornes. Ignorant de son propre courage, le docteur fait son métier, parce qu’il est là, parce que c’est son travail. Parce que c’est le moins qu’il puisse faire pour ceux qui ne le peuvent pas. Mais Camus ne laisse pas le rôle de son personnage s’arrêter là. Après la « disparition » du bacille, et après avoir été l’un de ses principaux adversaires, Rieux, sent naîtreen lui un nouveau devoir : celui de raconter. Dans une chronique qu’il essaiera de rapprocher le plus possible des faits, le médecin choisira alors de peindre la violence d’un fléau qui vola trop de vies. Une fois encore, il fera le « moins qu’il puisse faire » : il témoignera pour ces pestiférés, pour ces disparus innocents. Il témoignera pour ceux qui se taisent, et ceux qui ne le peuvent plusafin de réparer l’injustice qui leur aura été faite. C’est cette prise de conscience, l’épilogue de La Peste. C’est cette prise de conscience qui fera que tant d’écrivains, avant ou après Camus et son héros, choisiront de dénoncer et de témoigner dans la littérature. Ecrire pour éclairer, écrire pour proscrire l’oubli : nombreux sont ceux qui en font le combat d’une vie parce qu’ils croient enleur art, parce qu’ils croient à la puissance des mots… Cependant, leurs efforts peuvent-ils être considérés comme une forme de résistance à part entière ? L’ampleur prise par l’œuvre de ces hommes, les risques qu’ils coururent afin de nourrir leur engagement, et les faits historiques parlent d’eux même. Mais ces amoureux de l’encre ne sont pas les seuls à faire de leur art une arme : photographes,réalisateurs, dessinateurs, peintres, chanteurs, il est bien d’autres artistes qui se servent de leur talent pour tenter d’ouvrir les yeux fermés de l’humanité. Camus l’a dit, « la noblesse de son métier s'enracinera  toujours dans deux engagements difficiles à maintenir : le refus de mentir sur ce que l'on sait et la résistance à l'oppression." A l’image de Rieux dans La Peste, les artistes donton parle firent leur métier, rien de plus. Seulement voilà, ils le firent bien, et c’est grâce à eux si l’on peut déclarer que oui, la littérature est bien une forme de résistance à part entière, et que ses « cousins d’arts » comme le cinéma, ou la photographie, ne le sont pas moins.
Choisir de se battre papier et stylo en main, c’est donc le choix qu’ont fait denombreux écrivains. Parmi eux, Albert Camus, qui de toute sa vie n’a pas écrit un seul texte derrière lequel il n’y ait pas eu un quelconque engagement. La peste ne déroge pas à la règle : si le personnage de Rieux y relate la traversée du fléau d’une manière qu’il veut neutre, le roman lui, ne l’est pas. En effet, ce texte, dont on peut dire qu’il est le plus achevé de Camus, aborde les thèmes qui...
tracking img