Les classiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2348 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet :

Les classiques : Evolution temporelle et conséquences

Introduction

18e siècle : courant dominant en économie : les physiocrates. Contexte de la 1ere révolution industrielle en ce qui concerne le Royaume Uni + naissance du capitalisme moderne. Lumière. Recherche de la cause et des conséquences. Volonté de compréhension des phénomènes économiques, scientifique, littéraire. Idéeque la science peut tout prouver. Importance de l’individu. Développement de la théorie des physiocrates qui trouve rapidement ses limites.
Emerge alors un nouveau courant de pensée, majoritairement au Royaume Uni puis en France qui nous le verrons ne rompt pas totalement avec le courant précédent attaché au libéralisme économique. Son fondateur : Smith avec le désormais célèbre La richesse desnations (recherche sur la nature et la cause de la richesse des nations) de 1776, il se poursuit par les idées de Ricardo, Say ou encore Malthus considéré comme le dernier vrai classique. Cependant, on attribue à Marx un penchant « classique » qui en font pour certains le dernier de la lignée, bien que de nombreuses divergences l’éloignent de ce courant. On parlera par la suite de courantnéoclassique qui loin sans être la continuité des classiques reprend quelques grandes notions de la fin du 18e/deb 19e.
Pourquoi « classiques » ? Terme « classique » apparaît dans le capital de Marx. 1ere fois qu’on pose un nom sur ce courant de pensée. Distinction éco « classiques » Ricardo et ses prédécesseurs des éco « vulgaires ».
Pour Keynes : classiques englobent prédécesseurs de Ricardo +successeurs d’où « néoclassiques ».

I – Emergence et développement de la théorie classique
A – Contexte historique et origines
* La révolution industrielle : profondes transformations éco et sociales notamment dans la société en Grande-Bretagne (1er pays touché par ce processus)
Phénomène s’étend : Japon, Europe continentale, Amé du Nord.
Une des caractéristiques de cettepériode est sans contexte un accroissement sans précédent de la production industrielle (textile, métallurgie surtout) croissance ensemble de l’éco.
Transfo sociales : urbanisation, mécanisation (travail en usine se dvp),

* naissance capitalisme moderne. Volonté d’expliquer les phénomènes de croissance, développement et répartition richesses entre classe sociales. Phénomènes économiquesinterdépendant les uns des autres. ex : la modernisation des techniques et la hausse des profits.
La théorie classique : nouvelle approche de l’éco politique, construction science de l’éco.

* l’influence physiocrate :
* Critique commune du système mercantile : physiocrates et Smith (ds la richesse des nations) reprochent aux mercantilistes de confondre monnaie et richesse. La richesse desnations ne se mesurent pas en fonction du stock de métaux précieux disponibles.
* recherche des « lois » naturelles régissant le système économique d’une société.
Parallèle avec les découvertes scientifiques de l’époque, ex : Lavoisier
« Lois naturelles des classiques sont en fait des propositions visant à expliquer le fonctionnement de l’éco de marché dans un contexte de libre concurrence. »(Histoire des idées économiques, tome 1, Boncoeur et Thouément)
Les physiocrates = gouvernement par la nature en grec. Existence d’un ordre naturel qui est repris chez les classiques théorie du laisser faire, laisser passer. Idée d’une autorégulation du marché. (on recoupe l’idée de libéralisme, c’est l’individu qui est à la base de l’éco)
Cependant c’est bien un nouveau courant de pensée quiémerge, ce qui implique de nombreuses divergences envers les idées physiocrates. L’homme important : Adam Smith véritable artisan de cette théorie classique.

B- Adam Smith : la thèse fondatrice

Le nom à retenir. Economiste et philosophe écossais, né en 1723 et mort en 1790.
2 ouvrages majeurs : 1759 : Théorie des sentiments moraux et 1776 : Recherches sur la nature et la...
tracking img