Les crtoisades

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1786 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Pape Urbain II appelle le peuple à la croisade
(Doc7)
[pic]

I — Le Monde à la veille des croisades 3

II – Les croisades 7

III – La première croisade 8

IV – Les Moines Chevalier 10

V - Résumé – Synthèse 11

Annexe : Bibliographie 12

I — Le Monde à la veille des croisades

A la fin du XIe siècle, l’espace méditerranéense partage entre le monde islamique, l’Empire byzantin (avec pour capitale Constantinople) et la chrétienté occidentale. L’Orient musulman et byzantin, gouverné par de véritables états, est le siège d’une civilisation séculaire brillante, tandis que l’Occident chrétien sort à peine de la barbarie où l’ont plongé les invasions et la régression économique.

En 1050, grâce à la ténacité de ses« empereurs soldats », l’Empire byzantin est à son apogée. Il couvre toute l’Asie Mineure, jusqu’à l’Arménie, le nord de la Mésopotamie et de la Syrie, Chypre, la Crète, les Balkans avec toutes les régions comprises au sud du Danube jusqu’à Trieste et une partie de l’Italie du sud.
(Doc1) Carte p 27-1

L’Empire byzantin entretient des relations cordiales avec les califats fâtimide et abbâsside.L’Empire se met en paix et encourage l’économie.

A partir de 1071, le Proche-Orient se transforme. Attaqué par les Turcs et affaibli, l’Empire byzantin perd la quasi-totalité de son territoire asiatique tandis que les Turcs réunissent un immense empire comprenant l’Iran, l’Anatolie et tout le Proche-Orient, sauf l’Egypte restée aux Fâtimides.
[pic]
(Doc1) Carte p 27-2

La conquête turqueinterrompt le pèlerinage aux lieux saints et met le Christianisme d’Orient en grand péril.

Dans ce contexte, le pape Urbain II lance un appel à la croisade au concile de Clermont en 1095. Il obéit à des considérations religieuses (cf. texte de l’appel) et politiques. C’est le moyen le plus sûr pour le pape de rassembler sous sa conduite les éléments turbulents de la chrétienté d’Occident enles engageant dans une immense et audacieuse entreprise : la conquête des lieux Saints.

Pour ceux qui répondent à son appel, seules valent les motivations religieuses : une fois leur mission accomplie, les croisés, ainsi nommés parce qu’ils portent une croix brodée sur leurs habits, bénéficieront de la rémission de leur péchés.(Doc3) p 16

(Doc2) p 81
II — Les croisades

Il n’y a pas une, mais huit croisades. La première commence avec l’appel du pape Urbain II en 1095, la dernière se termine en 1291 par la chute d’Acre et le départ des chrétiens de la Terre Sainte. Les croisades auront duré deux siècles.

(Doc3) p 46-47
Le trajet des premières croisades se fait par terre, les suivantes parmer.
(Doc4)

III – La première croisade

(Doc6)
Carte doc1 p42

Lorsque la rumeur se repend en Occident que les turcs Seldjoukides musulmans empêchent les pèlerins chrétiens de se rendre à Jérusalem, l’église de Rome invente la croisade ou « guerre sainte ». Les chevaliers qui passent leur temps à se battre entre eux sont incités à défendre la chrétienté.
Le 27 novembre 1095, le papeUrbain II arrive dans la ville de Clermont, en France. Il appelle la foule à prendre les armes et à mener une croisade contre les musulmans. Il déclare que ces derniers persécutent les chrétiens et détruisent les sanctuaires sur la terre ou le Christ a vécu.
La date officielle de départ de la première croisade est le 15 aout 1096.
Partir en croisade c’est répondre à l’appel du seigneur,mais cela coute très cher. Un homme noble peut recueillir des fonds en vendant de ses biens ou en louant ses terres. mais les pauvres n’en ont pas la possibilité. Certain paysans vendent ce qu’il on de plus précieux aux monastères voisin.
Quatre armées partent :
-Les chevaliers du midi sous la direction de Raymond de Saint- Gilles
-Flamands et Rhénans de Basse-Lotharingie sous Godefroy...
tracking img