Les enfants terribles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1076 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les boues d’épuration
Les principaux types de boues proposés à l’épandage en agriculture

En simplifiant les choses, quatre grands types de boues sont recyclés en agriculture.
Le classement se réfère à leur état physique ou à leur mode de stabilisation :

Les boues liquides : cas des petites stations en zones rurales ou péri-urbaines (environ 15 % des tonnages de matières sèches (MS) deboues). Ces boues se stockent et se manipulent à la façon des lisiers de porcs ou de bovins
Les boues pâteuses : cas des stations de taille moyenne. Ce type de boues (environ 35 % des tonnages MS) est difficile à manipuler et à stocker. Surtout, il favorise les fermentations (?) anaérobies (d’où un problème d’odeurs). On applique de plus en plus à ces boues un traitement complémentaire à la chauxou par compostage,

Les boues chaulées : cas des stations de moyenne ou de grande taille. Selon le procédé utilisé et la dose de chaux incorporée, ces boues sont de consistance pâteuse ou solide. Ce type de boues est fréquent en France (environ 30 % des tonnages MS de boues sont chaulées),
Les boues compostées : cas des stations de taille moyenne en général. Cette filière est encore peudéveloppée en France (2 % des tonnages MS de boues), car coûteuse, mais devrait prendre de l’essor, notamment en zone méditerranéenne.
Enfin, à ces quatre types principaux, on doit rajouter les boues séchées, très peu fréquentes en France actuellement (3 à 4 stations d’épuration), mais qui pourraient représenter une filière d’avenir pour les grandes stations d’épuration. Les coûts élevés eninvestissement, énergie et maintenance, sont compétitifs si les tonnages traités sont eux-mêmes importants.
Certains procédés particuliers peuvent donner des boues solides non chaulées (filtre-presse, conditionnement thermique). Ils concernent des stations peu nombreuses mais de grande taille (15 % de la production nationale MS)
Statistiques sur la production de boues d’épuration

Perspectivesd’évolution
Fin 2000, la France produit 850 000 tonnes de matières sèches (t MS) de boues d’épuration municipales, soit environ 9 millions de tonnes brutes (tous types de boues confondus). Ces chiffres souffrent d’une certaine imprécision, liée aux imperfections du système statistique national, mais constituent des ordres de grandeur généralement acceptés.
Les projections d’évolution de la production deboues d’épuration sont directement fonction des progrès du système national d’assainissement des eaux usées (collecte et traitement). Dans le rapport présenté à la Commission Européenne, en application de la Directive Eaux usées de 1991, la France a annoncé, sur la période 1992 - 2005, une augmentation de 26 % de la capacité des systèmes de collecte, et de 72 % de la capacité des stationsd’épuration, ce qui constitue un effort d’investissement particulièrement important de la part des collectivités.

Concrètement, si le taux de dépollution (part de la pollution traitée sur la pollution émise) passe de 49 % actuellement, à 65 % à l’horizon 2005 (objectif fixé par les pouvoirs publics), la production de boues d’épuration pourrait atteindre, à cette date, 1 100 000 t MS, soit une augmentationde 30 %.

|

La mise en décharge
Les stations d’épuration urbaines d'une certaine taille, supérieure à 15 000 équivalent-habitants ne disposent pas toujours de filières de valorisation (épandage agricole, compostage…) suffisantes pour absorber l’ensemble des boues produites. Elles doivent alors avoir recours à la mise en décharge des boues bien que cette solution reste la plus onéreuse.Une directive européenne planifie l’abandon progressif de la mise en décharge des déchets non ultimes (dont les boues issues des stations d’épuration urbaines) d’ici 2015. La quantité de boues mise en décharge a été divisée par 7 en dix ans et passe à moins de 2 200 Tonnes en 2007.
L'incinération
En France, les plus grosses stations d'épuration de collectivités, supérieures à 50 000...
tracking img