Les francais et l'aperitif

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1243 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMUNIQUÉ PRESSE

«NOUVEAU REGARD SUR LES FRANÇAIS ET L’APERITIF»
PRINCIPAUX RESULTATS DE L’ETUDE SOCIOLOGIQUE MENEE PAR JEAN-PIERRE POULAIN

Paris, le 18 octobre 2005: L’apéritif est un moment important de la vie sociale, particulièrement pour les Français. Ils en font un moment à part, un jeu social et une plate-forme d’expériences culinaires. Analyse d’une tradition, à la lumière del’étude sociologique menée par Jean-Pierre Poulain de mars à septembre 2005. Par ailleurs, La Collective des Apéritifs à Croquer lance son site Internet: www.instantcraquant.com.

Quelques chiffres L’apéritif, une particularité bien française
L’apéritif trouve ses origines dans un contexte à la fois aristocratique, notamment avec le rituel de table de l’Ancien Régime, le «grand service à lafrançaise», mais aussi populaire, issu des tavernes, cabarets et plus tard des cafés et des bistrots. Au regard de l’histoire, qu’il soit pris en famille ou entre amis, au bar ou à la maison, l’apéritif est un rite social, un moment de convivialité et d’échange privilégié qui reflète et structure la nature des liens entre individus. Il est aussi un moment de détente. Au-delà de sa fonction au sens littéral,de mise en appétit, l’apéritif permet donc de tisser un lien social dont convivialité et partage sont le principal leitmotiv.
Source: enquête Sofres (février 2005) menée en amont de l’étude de Jean-Pierre Poulain. 90% des Français déclarent prendre l’apéritif au moins un fois par semaine. Pour 95 % des Français interrogés, l’apéritif est avant tout un moment de convivialité. Et 90 % d’entre euxconsidèrent aussi l’apéritif comme synonyme de plaisir et de partage. Par ailleurs, pour 76 % d’entre eux, l’apéritif demeure une tradition bien française.

L’extrême diversité des formes apéritives

En France, la journée reste rythmée par les deux grands repas rituels, le déjeuner et le dîner qui sont, plus qu'ailleurs, précédés d’un apéritif. Contrairement aux repas qui sont pris de plus enplus hors domicile pour diverses raisons (pratique, professionnel, loisir…), l’apéritif lui tend à se privatiser, c'est-à-dire que le moment de l’apéritif se déroule de plus en plus à l’intérieur de l’espace domestique (depuis la fin de la seconde guerre mondiale). Quelle que soit sa forme, il a pour fonction d’initialiser ou d’entretenir «la relation». Quatre grandes formes d’apéritif sont ainsidessinées par l’étude: l’apéritif spontané, les invitations portant uniquement sur l’apéritif, l’apéritif dans le cadre d’une invitation à déjeuner ou dîner et l’apéritif dînatoire. « L’apéritif spontané s’inscrit dans la continuité d’une action, observe Jean-Pierre Poulain, ou bien il inaugure un moment passé ensemble», de préférence entre des personnes qui se connaissent «et si on se retrouvaitpour l’apéro?!». Il est considéré comme “mineur“, si l’on s’attache à son contenu alimentaire ou au temps qui lui est consacré, mais il est de fait un déterminant majeur du lien social; il entretient ou permet de consolider une relation récente. Deuxième sorte d’apéritif, l’invitation centrée sur l’apéritif. Il n’oblige, à priori, qu’à peu d’investissement personnel et exige peu de matériel. Il peutse prolonger, «si affinités», «à la bonne franquette». À l’inverse, on peut ne pas aller plus loin sans dommage moral, sans vexer quiconque puisque l’invitation n’allait pas au-delà.

-

-

Troisième cas de figure, l’apéritif «mise en bouche» tel qu’historiquement on le connaît sous le nom de «Coup d’avant» dans le «grand service à la française» de l’Ancien Régime. Dans le cadre d’uneinvitation à dîner, l’apéritif est en quelque sorte une règle de bienséance: impossible de commencer un repas «sec», sans prélude apéritif. Aujourd’hui, simplification des prises alimentaires aidant, il concurrence parfois le début du repas, se substituant ainsi à l’entrée, surtout lorsque sa composante alimentaire devient plus conséquente.

Enfin, l’apéritif dînatoire, forme hybride...
tracking img