Les guerres de religions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1074 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Guerres de religion (France)
Aller à : Navigation, rechercher
En France, on appelle guerres de Religion une série de huit conflits, qui ont ravagé le royaume de France dans la seconde moitié du xvie siècle et où se sont opposés catholiques et protestants, appelés aussi huguenots.
À partir du xvie siècle, au catholicisme s’oppose le protestantisme, opposition qui débouche sur une terribleguerre civile. Les premières persécutions contre ceux qui adhèrent aux idées nouvelles commencent dans les années 15201. Mais il faut attendre les années 1540 et 1550, pour voir le développement des clivages. À la fin du règne d'Henri II, le conflit se politise. Les guerres de religion commencent en 1562 et se poursuivent entrecoupées de périodes de paix jusqu'en 1598, avec la mise en place de l'Éditde Nantes. Les guerres de religion trouvent un prolongement aux xviie (siège de La Rochelle, révocation de l'Édit de Nantes) et xviiie siècles (guerre des Camisards), jusqu'à l’arrêt des persécutions sous Louis XVI (Édit de Versailles en 1787).

Massacre de la Saint-Barthélemy.
Sommaire [masquer]
1 Les causes du conflit
1.1 Le pouvoir royal en décroissance
1.2 Les clans nobiliaires
1.3L'ingérence des pays voisins
1.4 Les causes proprement religieuses
2 Vers la guerre civile
2.1 Le développement du protestantisme français
2.2 Les tensions s'exacerbent
3 Le conflit
3.1 Première guerre de religion (1562-1563)
3.2 Deuxième guerre de religion (1567-1568)
3.3 Troisième guerre de Religion (1568-1570)
3.4 Quatrième guerre de religion (1572-1573)
3.5 Cinquième guerre de religion(1574-1576)
3.6 Sixième guerre de religion (mai 1577– septembre 1577)
3.7 Septième guerre de religion (1579-1580)
3.8 Huitième guerre de religion (1585-1598)
3.8.1 La fin du règne d'Henri III
3.8.2 Henri IV, à la conquête du pouvoir
3.8.3 La pacification
4 La question protestante après 1598
5 Voir aussi
5.1 Chronologie des chefs d'État de France, des Pays-Bas, d'Espagne et d'Angleterre
5.2Articles connexes
5.3 Liens externes
5.4 Bibliographie
6 Notes et références
Les causes du conflit[modifier]

Le pouvoir royal en décroissance[modifier]
Ces troubles coïncident avec un affaiblissement de l’autorité royale. Les rois François Ier et Henri II n'ont permis aucune contestation de leur pouvoir. Lorsque Henri II meurt accidentellement le 10 juillet 1559, ses successeurs FrançoisII puis Charles IX sont trop jeunes pour pouvoir imposer leur autorité. Ils ne peuvent pas empêcher les Français de s'entredéchirer. Entre les deux camps belligérants, la reine-mère Catherine de Médicis hésite entre tolérance religieuse et répression, ce qui ne fait qu'accentuer les tensions.
Le caractère féodal du pays apparaît nettement avec l'indépendance croissante des princes et des partisqui augmentent dangereusement le réseau de leurs clientèles. La réunion des États généraux, effectuée par trois fois durant les guerres de religion, est le témoin de cet affaiblissement de l'autorité royale. Le roi a besoin de l'appui de ses sujets pour pouvoir prendre des décisions qui seront respectées. À cette occasion, le pouvoir royal est remis en cause par des hommes de loi et des lettrés quiimaginent une plus grande subordination du roi à l'égard de ces assemblées.
Les clans nobiliaires[modifier]
Les rois étant trop jeunes pour régner, différents camps politiques tentent de s’imposer pour contrôler le pouvoir royal. Trois grands clans nobiliaires, par ailleurs tous liés par divers liens familiaux, vont ainsi s'opposer :
les Montmorency : il s'agit d'une ancienne et puissantefamille qui tire sa fortune de la formidable ascension politique du connétable Anne de Montmorency sous le règne d'Henri II. Dans cette famille s'illustrent les deux fils du connétable, François de Montmorency et Henri de Damville ainsi que leurs cousins germains, les trois frères Châtillon (Gaspard de Coligny, François d'Andelot et Odet, cardinal de Châtillon). Bien que partagés entre catholiques...
tracking img