Les rapports hommes/femmes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 36 (8987 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L1 AES 2010/2011

Les violences conjugales

Nous remercions la présidente de l’association ACVIF=Association Contre les Violences Infligées aux Femmes, Marie-Ange Petit, de nous avoir accordé une interview.
“Les enfants apprennent beaucoup de leurs parents, y compris les violences conjugales”
C’est une croqueuse d'hommes
C’est une croqueuse d'hommes
Ce n’est pas mon problèmeCe n’est pas mon problème

Je la dévore des yeux
Je la dévore des yeux

Je sais mieux que toi ce qui est bon pour toi
Je sais mieux que toi ce qui est bon pour toi

T’as qu’à partir !

T’as qu’à partir !

De quoi as-tu peur ?

De quoi as-tu peur ?

Je t’aime comme un fou
Je t’aime comme un fou

L’amour est aveugle
L’amour est aveugle

Si tu franchis cette porte…

Si tufranchis cette porte…

Je préfère que tu ne le fasses pas sans moi
Je préfère que tu ne le fasses pas sans moi
Ce n’est pas ma faute !
Ce n’est pas ma faute !

Nous sommes félin pour l'autre

Nous sommes félin pour l'autre

Tu es belle à croquer

Tu es belle à croquer

J’ai envie de te dévorer
J’ai envie de te dévorer

Vocabulaire amoureux

Vocabulaire amoureux

Vocabulaire dela violence conjugale

Vocabulaire de la violence conjugale

Ne laissez aucune violence s’installer, REAGISSEZ !
SOMMAIRE
Remerciement
Introduction
I. Les divers visages de la violence conjugale
1. Acteurs concernés
2. Approche psychosociale de la violence conjugale

II. Conséquence de ce fléau sur la violence conjugale
1. Séquelles physiques et psychologies
2.Conséquence sur la vie de la victime et ses enfants

III. Mesure prise pour lutter contre la violence conjugale

1. La mobilisation de l’Etat
2. La reconnaissance des violences envers les femmes

Conclusion
Annexe
Tables des matières
Bibliographie

IV.

«Les inégalités et les disparités entre les femmes et les hommes en matière de droits de la personne humaine sont contrairesaux principes d'une véritable démocratie »
Si l’on se réfère à l’article premier de la Déclaration des Nations Unies sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes (1993), ces violences sont caractérisés comme : « tous actes de violences dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudices ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, ycompris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée »
Dans le cas d’une relation de couple, on considère que la violence est fondée sur un rapport de force ou de domination qui s’exerce par les brutalités physiques ou mentales entre au moins deux personnes. Il s’agit d’imposer sa volonté à l’autre, de le dominer,au besoin en l’humiliant, en le dévalorisant, le harcelant jusqu'à sa capitulation et sa soumission.
Pendant des siècles, les violences exercées par les hommes sur les femmes ont bénéficié d'une forme de tolérance sociale. Aujourd'hui encore, les violences faites aux femmes sont multiples :
* Violences psychologiques où il s’agit de dévaloriser systématiquement sa partenaire, en privée ou enpublic via des propos méprisants, blessants. Cette violence passe par l’humiliation de la personne, par les tentatives de l’isoler de ses proches pouvant aller jusqu'à la séquestration.
* Violences physiques : vise à blesser, faire du mal, elle correspond aux atteintes physiques au corps et laisse souvent des séquelles si ce n’est cause la mort.
* Violence sexuelle : Jusqu’en 1983, le violconjugale n’existait pas au regard de la loi. Et le « devoir conjugal » dans le cadre de violences conjugales, s’apparentent pour ces femmes à une obligation à laquelle elles ne peuvent ou ne pensent pas avoir le droit de se soustraire.
* Violence économique : Moyen de contrôle permanent de la victime en supprimant son autonomie financière (empêcher de travailler, dévaloriser le travail de...
tracking img