Les societes militaires privees, nouveaux acteurs en temps de conflits armes ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7933 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I. Du mercenariat classique au mercenariat d’entreprise 3
A. « De l’antiquité à l’époque contemporaine » 3
B. Un changement de statut pour les mercenaires au cours du temps 4
C. Génération « Privés » 6
II. La nouvelle prospérité des SMP 7
A. Qui sont-elles ? 8
B. Où travaillent-elles ? 10
C. Leur mission 10
1) La formation et le conseil militaires privés 10
2) Activités sur le terrain 113) Aide à la personne : séquestration, catastrophes naturelles… 11
4) Sécurisation des intérêts économiques 11
5) Zoom Iraq : Qu’y font les SMP ? 12
D. Importance économique 13
1) Des contrats qui rapportent des millions 13
2) Le lobbying 14
III. Les sociétés militaires privées : Vide juridique 14
A. Traités et conventions internationales 15
B. Lois nationales 18
IV. Les sociétésmilitaires privées : Privatisation de la violence ? 21
A. Avantages 21
B. Inconvénients 23
Conclusion 24

I. Du mercenariat classique au mercenariat d’entreprise

Le mercenariat définit une fonction militaire ou paramilitaire assurée en contrepartie d’un salaire. Assurée par des spécialistes de la guerre, cette activité repose sur des contingents privés prêts à louer leurs services aux plusoffrants, sans aucune vue patriotique commune.
Le mercenariat a une très longue histoire, certes souvent sans gloire, mais qui témoigne de la permanence du phénomène.
A. « De l’antiquité à l’époque contemporaine »
Les grands empires, tout au long de l’Antiquité, ont eu recours aux services de mercenaires. On leur reconnaît des compétences techniques et une bonne maniabilité des armes les plusrécentes. Souvent, ils deviennent indispensables pour les souverains soucieux d’asseoir leur puissance .
Les cités grecques du Ve et IVe siècle avant J.-C utilisèrent le mercenariat. Effectivement, ces dernières ont massivement recruté des guerriers professionnels étrangers. Le mercenariat leur permettait de disposer d’une force armée composée d’hommes endurants et expérimentés. Alexandre le Grands’appuya lui aussi sur des milliers de mercenaires dans sa conquête de l’empire perse ainsi que l’Empire romain qui fit appel de manière quasi permanente à des troupes étrangères constituées de Nordiques, de Germains mais aussi de Francs et de Normands d’Italie.
La période des « condottieri » a marqué le mercenariat. Ils s’illustrèrent dès le XIVe siècle et durant toute la renaissance. Lescondottieri étaient des chefs de compagnies mercenaires et leurs troupes étaient célèbres dans toute l’Europe. « Le condottiere est lié à l’Etat qui l’emploie par une « condotta » : Le contrat, passé devant notaire, stipulait le montant de la « prestanza », somme avancée au capitaine pour rémunérer et équiper ses hommes. Le condottiere, qui pouvait à son tour sous-traiter d’autres contrats, était à la têted’une compagnie au sens commercial du terme » . Quelques siècles plus tard, ce phénomène était toujours présent. La France créa en 1831 sa légion étrangère tandis que d’autres pays tels que la Grande Bretagne ou bien les Etas Unis continuaient à avoir recours au mercenariat.
Le mercenariat connut pendant environ deux siècles une « mise entre parenthèse » avec l’apparition des arméesnationales. Cependant, il refit surface vers 1960 avec la décolonisation.
B. Un changement de statut pour les mercenaires au cours du temps
Avec la décolonisation africaine se créa une nouvelle génération de chefs mercenaires comme David Stirling, chez les Britanniques, Bob Denard, chez les Français… Ces chefs mercenaires retrouvèrent sur plusieurs lieux de conflits, notamment au Congo entre 1960 et1964, au Yémen à partir de 1963, en Angola après 1975 et bien d’autres encore. Ces mercenaires du XXe siècle ne connurent pas de succès guerrier et eurent une mauvaise réputation. Effectivement, ces derniers avaient régulièrement des attitudes peu glorieuses et irrespectueuses lors des combats mais aussi lors des contacts avec les populations locales. Dans de nombreux cas, il y’eu non respect...
tracking img